Langues:
Accueil » Gaspillage alimentaire » Niveau 1

Le gaspillage alimentaire au niveau mondial – causes et impact sur les ressources naturelles

Gaspillage alimentaire Page d'accueil

Contexte - Selon les estimations de la FAO, chaque année, environ un tiers de l’ensemble des aliments destinés à la consommation humaine dans le monde est perdu ou gaspillé. Ce gaspillage alimentaire est une occasion manquée d’améliorer la sécurité alimentaire au niveau mondial et l’utilisation des ressources dans le cadre des chaînes alimentaires, mais également d’atténuer les incidences sur l’environnement.

Ceci est un résumé fidèle du rapport produit en 2013 par l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) : " Empreinte écologique du gaspillage alimentaire – Impact sur les ressources naturelles" 

  • Source :FAO (2013)
  • Résumé & Détails: GreenFacts

Quelle quantité d’aliments est gaspillée ?

Le volume mondial d’aliments gaspillés par an est estimé à 1,3 gigatonnes. Il peut être comparé à la production agricole totale (pour les utilisations alimentaires et non-alimentaires comme les fibres textiles, les cultures énergétiques de plantes médicinales), qui s’élève à environ 6 gigatonnes.

Quand et comment le gaspillage alimentaire se produit-il essentiellement ?

Le gaspillage se produit à toutes les étapes de production, de manutention, de stockage, de traitement, de distribution et de consommation, la production agricole étant responsable des volumes les plus élevés de gaspillage alimentaire, à savoir 33% du total.

Le gaspillage observé au niveau de la consommation est beaucoup plus variable : s’il est de 31 % à 39 % dans les régions à revenus moyens et élevés, il n’est compris qu’entre 4 % et 16 % dans les régions à faibles revenus.

Quel est l’impact du gaspillage alimentaire sur les émissions de gaz à effet de serre et le climat ?

Sans tenir compte des émissions de GES issues du changement d’affectation des terres, l’empreinte carbone des aliments produits et non consommés est estimée à 3,3 gigatonnes de CO2 équivalent. Pour prendre la mesure de cette empreinte, au niveau des émissions totales par pays, seuls les États-Unis et la Chine produisent plus d’émissions.

Quelle est l’empreinte hydrique relative au gaspillage alimentaire ?

Au niveau mondial, la consommation des ressources en eaux de surface et en eaux souterraines du gaspillage alimentaire (l’empreinte hydrique dite « bleue ») est d’environ 250 km³, soit l’équivalent de 3,6 fois la consommation des États-Unis au cours de la même période.

Les produits d’origine animale ont, en général, une empreinte hydrique plus grande par tonne de produit que les céréales. C’est l’une des raisons pour lesquelles il semble plus adapté d’obtenir des calories, des protéines et des graisses par le biais de produits végétaux que de produits d’origine animale.

Quel est l’impact du gaspillage alimentaire sur l’affectation des terres ?

Au niveau mondial, la quantité totale d’aliments gaspillés en 2007 correspondait à la production de 1,4 milliards d’hectares de terres, ce qui équivaut à environ 30 % de la superficie agricole mondiale et correspond à une superficie plus grande que celle du Canada. Les régions à faibles revenus représentent environ deux tiers de ce total. Les principaux contributeurs de l’occupation des terres sont la viande et les produits laitiers, qui représentent 78 % du total, tandis que leur contribution au gaspillage alimentaire total est de 11 %.

La dégradation des terres est également un facteur essentiel du gaspillage alimentaire. L’essentiel du gaspillage alimentaire au niveau de la production agricole se fait dans des régions où l’on observe une dégradation des terres ou un mauvais état des sols, ce qui ajoute une pression indue sur les terres.

Quel est l’impact du gaspillage alimentaire sur la biodiversité ?

La production agricole, notamment les cultures vivrières, est responsable de 66 % des menaces sur les espèces et les systèmes terrestres.

Dans le cas de la biodiversité marine, des pays « pêchent des espèces situées toujours plus bas dans la chaîne alimentaire » ; les prises de poissons consistent de plus en plus en de petits poissons qui se situent en bas de la chaîne alimentaire et se font à un rythme plus élevé que la capacité de renouvellement des stocks de poissons. Tout gaspillage épuise encore plus vite les ressources.

Quel est l’impact économique du gaspillage alimentaire ?

Au niveau mondial, des aliments d’une valeur d’environ 750 milliards de dollars ont été gaspillés en 2007, soit l’équivalent du PIB de la Turquie ou de la Suisse, cette valeur étant une estimation basse étant donné qu’elle tient surtout compte des prix des producteurs, et non de la valeur du produit fini.

Synthèse

Un résumé de la contribution de chaque région géographique au gaspillage alimentaire peut être consulté dans le tableau ci-dessous. On constate au niveau mondial que :

  • Le gaspillage des céréales en Asie est un point sensible important pour l’environnement ;
  • La viande a de grandes incidences en termes d’occupation des terres et d’empreinte carbone, même si les volumes de gaspillage dans toutes les régions sont relativement bas ;
  • Le gaspillage des fruits est un point sensible en termes d’empreinte hydrique bleue en Asie, en Amérique latine et en Europe, et est lié au volume d’aliments gaspillés ;
  • L’empreinte carbone des légumes en fait un point sensible dans la partie industrielle de l’Asie, en Europe et en Asie du Sud et du Sud-Est ;
  • Les racines, bien qu’elles fassent l’objet d’un gaspillage élevé, ne figurent jamais parmi les 10 principales incidences, étant donné qu’elles n’ont pas d’empreinte carbone, hydrique ou écologique causée par l’utilisation des terres.

Tableau 3: Analyse croisée de toutes les composantes environnementales, par paires "Région * matières premières". Dans chaque colonne: contribution au Total en pour cent et le classement de 1 à 10 (ou 5) en gras

Tableau 3: Analyse croisée de toutes les composantes environnementales, par paires "Région * matières premières". Dans chaque colonne: contribution au Total en pour cent et le classement de 1 à 10 (ou 5) en gras

La FAO formule également des recommandations sur les moyens d’améliorer les évaluations du gaspillage alimentaire, ce qui est essentiel pour bien identifier et gérer les mesures correctrices à l’avenir.


FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants