Langues:
Accueil » Prévention des maladies avec des environnements sains » Niveau 1

Bien-être et prévention des maladies par l'amélioration de la gestion de l'environnement

Prévention des maladies avec des environnements sains Page d'accueil

Contexte - Dans le monde, 12,6 millions de décès (23% de tous les décès) sont attribuables à l'environnement. La diminution de ces risques pour la santé est un élément clé de l'établissement de priorités pour l'action environnementale.

Cette étude évalue dans quelle mesure la gestion de l'environnement et un environnement plus sain peuvent mieux protéger la santé humaine.

Ceci est un résumé fidèle du rapport produit en 2016 par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : " Prévenir les maladies par des environnements sains - Une évaluation globale de la charge de morbidité due aux risques environnementaux" 

  • Source :OMS (2016)
  • Résumé & Détails: GreenFacts

Introduction

Certains des facteurs environnementaux de risque pour la santé sont bien connus: l'eau non potable, l'assainissement des eaux usées insuffisant, la pollution de l'air intérieur, les maladies infectieuses et non transmissibles; d'autres sont moins connus, comme les changements climatiques et l'environnement bâti.

Réaliser à quel niveau maladies et mauvaise santé peuvent être évitées en prenant plus en compte les facteurs de risque environnementaux devrait contribuer à une impulsion significative aux efforts mondiaux visant à encourager les mesures de santé préventives adaptées via toutes les politiques, les stratégies, les interventions, les technologies et les connaissances existantes.

Dans ce contexte, l'estimation du niveau des charges liées à la morbidité qui pourraient être réduites en prenant des mesures pour réduire ces risques environnementaux pour la santé est une étape clé dans l'identification et l'évaluation des priorités les plus importantes à mettre en œuvre dans une action environnementale ciblée.

Quelles sont les principales conclusions du rapport?

Ce rapport présente les évidences les plus récentes du lien entre environnement et maladies et leur impact dévastateur sur l'évaluation mondiale de la santé. Il présente aussi les résultats détaillés et l'évaluation qui montrent en quelle mesure et de quelles façons l'amélioration de l'environnement peut promouvoir la santé et le bien-être des populations. Le nombre total de décès liés à l’environnement est inchangé depuis 2002 mais montre leur forte évolution en lien avec les maladies non transmissibles, principalement du fait d’une réduction des facteurs environnementaux à l’origine de maladies infectieuses. Parmi les éléments qui influencent cette situation, un élément est l'impact inégal sur la santé au cours de la vie et selon le sexe. Un autre élément est que ces facteurs de risque environnementaux affectent plus les pays à revenu intermédiaire et plus faible.

Les maladies principales qui pourraient être évitées grâce à des environnements plus sains sont les accidents vasculaires cérébraux, les maladies cardiaques ischémiques, la diarrhée et les cancers. Ce fardeau des maladies liées à l'environnement est beaucoup plus élevé dans les pays pauvres, à l'exception de certaines maladies non transmissibles telles que les maladies cardio-vasculaires et les cancers, où la charge financière des soins par habitant est plus grande dans le monde développé.

Des exemples d'actions possibles pour gérer les risques environnementaux comprennent la promotion d’un stockage plus sûr de l'eau à usage des ménages et de meilleures mesures d'hygiène, l'utilisation de combustibles plus propres et l'utilisation plus judicieuse plus sûre dans la gestion des substances toxiques à la maison et sur ls lieux de travail, ainsi que la sécurité au travail et les mesures d’hygiène.

Quels sont les principaux facteurs environnementaux qui influent sur la santé?

Huit grandes catégories de facteurs environnementaux ont été identifiés:

  1. La pollution de l'air (y compris l’exposition secondaire à la fumée de tabac et la fumée des moyens de cuisson , qui représentent le risque environnemental le plus important), pollution de l'eau ou due sol par des agents chimiques ou biologiques;
  2. Les rayons ultraviolets (en particulier, l’exixtenc de moyens de protection ) et des rayonnements ionisants;
  3. Le bruit, les champs électromagnétiques;
  4. Les risques professionnels, y compris les risques biologiques et psychosociaux des conditions de travail physiques, chimiques, etc;
  5. Les environnements bâtis, y compris les logements, les lieux de travail, l'utilisation des terres, les routes;
  6. Les méthodes agricoles;
  7. Les changements climatiques provoqués par les activités humaines et les altérations des écosystèmes;
  8. Les comportements liés à des facteurs environnementaux, comme par exemple la disponibilité de l'eau potable pour le lavage des mains, l'activité physique favorisée par l'amélioration de l'aménagement urbain, le régime alimentaire plus sain.

Comment l'impact sur la santé des facteurs environnementaux peut-il être réduit ?

Un changement dans la perception de l'environnement comme étant un élément essentiel de la protection de la santé serait très bénéfique pour la santé humaine. L'environnement doit en effet être considéré comme un élément clé de la protection et de la réduction des inégalités de santé et placé au centre de la prévention primaire de la santé. On estime, par exemple, que 42% de la charge mondiale du paludisme pourraient être évités par la gestion environnementale. Pour être plus efficace et durable, ces mesures de prévention doivent être conçues et mises en œuvre de manière globale, et l'action est nécessaire à tous les niveaux de gouvernance.

Les déterminants des maladies liées à l'environnement se situent souvent dans la sphère d'action de secteurs autres que la santé ou l'environnement (par exemple : l'énergie, la production industrielle, l'eau et l'assainissement des eaux usées, l'agriculture, le logement, le transport), et coordination. Par exemple, l'utilisation de combustibles propres pour la cuisson réduit les infections respiratoires aiguës, les maladies respiratoires chroniques, les maladies cardiovasculaires et les brûlures. Par conséquent agir dans tous les secteurs est indispensable.

Plus précisément, l'attention doit être attirée sur:

  • Les villes. En 2050, 66% de la population mondiale vivra dans les villes. Une planification et une gestion réfléchie sont donc nécessaires, car les villes sont souvent caractérisées par un trafic important, la pollution, des logements insalubres, un accès limité aux services d'eau et d'assainissement et par d'autres risques pour la santé.
  • Les lieux de travail. Dans un certain nombre de pays, au moins deux tiers des travailleurs sont employés dans des conditions de travail dangereuses, sales et avilissantes.
  • Le changement climatique et les changements subis par les écosystèmes. Ceux-ci doivent également être abordés d'urgence car ils sont appelés à devenir les risques les plus difficiles auxquels les populations devront faire face dans les prochaines décennies.

Quel lien peut-il être fait entre les actions pour prévenir les maladies liés à l'environnement et les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies?

Les interventions environnement-santé à mettre en œuvre reposent précisément sur les principes des ODD et, comme en témoigne le présent rapport, peuvent apporter une contribution significative à la réalisation des objectifs de développement durable et à l'amélioration de la vie et de la santé pour tous.

Parmi les 17 objectifs de développement durable adoptés par les chefs d'Etat à l'Assemblée générale de l'ONU en septembre 2015, il y a des objectifs liés à la santé clairs, et ceux-ci figurent à côté d’autres domaines sectoriels environnementaux qui influencent également fortement les déterminants de la santé humaine.


FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video