Langues:
Accueil » Maladies chroniques au travail » Niveau 1

Impacts de l'obésité, du tabagisme, de la consommation d'alcool et des maladies chroniques connexes sur les pratiques du travail

Maladies chroniques au travail Page d'accueil

Contexte - Les facteurs de risque liés au mode de vie tels que l'obésité, l'usage du tabac, l'abus d'alcool et les maladies chroniques peuvent avoir un impact sur les pratiques de travail et la productivité.

Quel est leur impact économique sur le marché du travail?

Note préliminaire :Les documents de travail de l’OCDE décrivent les résultats préliminaires ou les recherches en cours par les auteurs et sont publiés pour stimuler la discussion sur un large éventail de questions sur lesquelles l'OCDE travaille.

Ceci est un résumé fidèle du rapport produit en 2015 par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) : "The labour market impacts of obesity, smoking, alcohol use and related chronic diseases " 

  • Source :OCDE (2015)
  • Résumé & Détails: GreenFacts
Dernière mise à jour: 25 novembre 2016

Quel est le lien entre les risques pour la santé liés au mode de vie et les pratiques de travail ?

Les maladies chroniques et les facteurs de risque comportementaux associés au tabagisme, à la consommation à risque d’alcool, aux régimes alimentaires inappropriés et à l'inactivité physique influent sur les perspectives d'emploi, les salaires et la productivité au travail. Ils sont une cause récurrente de congés de maladie, y compris des absences prolongées, et ils augmentent la probabilité d'une sortie anticipée de la vie active. Cela se traduit souvent par une augmentation des prestations sociales pour cause d’invalidité, de chômage ou de retraite anticipée.

En outre, compte tenu de la prévalence plus élevée des maladies chroniques et des facteurs de risque comportementaux chez les personnes ayant un niveau moins élevé de scolarité et un statut socio-économique plus faible, les conséquences sur le marché du travail de ces maladies et comportements risquent d'exacerber les inégalités sociales.

Les résultats défavorables sur le marché du travail et les pertes de production qui peuvent en découler représentent un coût pour la société et les coûts sociaux associés aux effets sur le marché du travail des maladies chroniques sont souvent estimés plus élevés que les coûts des soins de santé encourus pour le traitement de ces maladies. Par conséquent, le traitement des maladies chroniques par la prévention et des soins de santé appropriés peut conduire à des gains substantiels dans la production économique grâce à une main-d'œuvre plus saine et plus active.

Quelles sont les interactions entre santé et travail ?

Un examen approfondi des études européennes disponibles montre que les différentes dimensions du travail (p. ex., le statut de l’emploi, le nombre d’ heures de travail, la demande d'emploi, les contraintes liées à l’emploi) ont un impact sur la santé physique et mentale, mais à leur tour, elles risquent aussi de développer des maladies chroniques, ce qui peut entraîner des effets défavorables sur le marché du travail.

Ces interactions réciproques peuvent potentiellement conduire à des interprétations erronées des analyses des différents impacts sur le marché du travail de ces comportements liés à la santé. Des approches statistiques appropriées sont donc nécessaires pour distinguer les effets produits par les conditions de santé sur les résultats du travail, indépendamment de la relation inverse.

Quels sont les effets négatifs de l'obésité sur le marché du travail ?

La revue de littérature disponible indique que l'obésité a des effets négatifs évidents, ceci en réduisant les perspectives d'emploi, les salaires et la productivité au travail, surtout mais pas exclusivement chez les femmes:

  • Les personnes obèses sont moins susceptibles d'être employées que les personnes de poids normal ; 
  • Les personnes obèses gagnent moins (jusqu'à 18%) que les non obèses, même lorsqu'elles ont des postes équivalents et accomplissent les mêmes tâches ; 
  • Les personnes obèses sont moins productives en raison de leur plus grand nombre de jours de congé de maladie, d'absences au travail plus longues et d'une réduction des performances au travail. 

Quels sont les impacts négatifs des divers types d’abus d'alcool sur le marché du travail ?

Un examen de 22 études menées dans différents pays a révélé un fardeau économique important de l'alcool sur la société, fardeau attribuable à une productivité détériorée au travail, à une mortalité prématurée (40%) et à l'absentéisme.

Dans certaines études, on constate que la consommation excessive d'alcool réduit considérablement la probabilité d'emploi,tant pour les hommes que pour les femmes, alors qu'un certain nombre d'autres études n'ont pas trouvé de relation significative.

Les buveurs légers à long terme ont de meilleures possibilités d'emploi que tout autre groupe, y compris les anciens buveurs, les anciens buveurs, les buveurs intensifs à long terme et les abstinents. La consommation légère et modérée se traduit souvent par des liens sociaux et du temps passé avec des collègues en dehors du travail, ce qui conduit à une plus grande satisfaction de la vie.

En Écosse, en France, en Irlande et aux États-Unis, on a constaté que les pertes de production potentielles représentaient une part importante des coûts liés à l'alcool et que, en 2003 dans l'Union européenne, l'abus d'alcool représentait environ 59 milliards d'euros de perte potentielle de production.

Quels sont les effets négatifs du tabagisme sur le marché du travail ?

Le tabagisme augmente à la fois le risque et la durée de l'absentéisme professionnel, les fumeurs actuels étant 33% plus susceptibles d'être absents du travail que les non-fumeurs. Les fumeurs ont également besoin d'avoir des pauses pendant les heures de bureau et ils perdent leur concentration quand ils ne peuvent pas satisfaire leur besoin.

Le tabagisme impose un fardeau important à la société en augmentant les coûts dans le système de soins de santé et il est susceptible d'affecter le statut d'emploi en raison des effets nocifs bien connus sur la santé. Cependant, l'effet négatif du tabagisme sur la probabilité d'emploi est faible, à l'exception du tabagisme lourd. Le renoncement au tabac peut en réduire l’impact sur le marché du travail.

Quel est l'impact négatif sur le marché du travail dû aux maladies chroniques ?

La plupart des études identifiées dans la littérature montrent une probabilité significative d'association entre maladies chroniques (et les facteurs de risque associés) et un impact négatif sur le marché du travail. Les maladies chroniques réduisent le nombre d’heures travaillées et aussi les salaires, et constituent ainsi un risque de passer d’un statut d’emploi à celui d’une pension d'invalidité.

Les impacts négatifs des maladies chroniques sur le marché du travail accentuent également les inégalités sociales. Les femmes, les personnes à faible niveau de scolarité et les cols bleus sont plus touchées par les effets négatifs des maladies chroniques sur l'emploi, telles que les absences pour maladie due à une plus faible autonomie, les maladies de l’appareil circulatoire, les maladies musculo-squelettiques et le diabète.

Quelles sont les implications de ces analyses sur les politiques de prévention de la santé ?

Les politiques de santé visant à prévenir ou à mieux gérer les maladies chroniques et les facteurs de risque peuvent apporter d'importants avantages à l'économie dans son ensemble. Ces politiques peuvent couvrir plusieurs dimensions, telles que l'organisation et la coordination des soins (comme les programmes de gestion des maladies), le financement des soins de santé (par exemple, les regroupements de paiements), la formation des professionnels de la santé et le rôle des soins primaires dans la prévention ou encore le traitement des maladies chroniques.

Les politiques peuvent même aller au-delà du secteur de la santé et inclure les politiques sociales et liées au travail comme les programmes de retour plus rapide au travail. Par exemple, après une phase aiguë, les personnes atteintes de maladies chroniques qui ont retrouvé leur capacité de travail, au moins partiellement, peuvent réintégrer la main-d'œuvre avec une flexibilité et des installations appropriées sur leur lieu de travail. Dans certaines études, de tels programmes de retour rapide au travail se traduisent par de meilleurs résultats.

Comment les autorités peuvent-elles jouer un rôle significatif sur les conséquences de ces causes particulières de maladies chroniques ?

Les gouvernements des pays de l'OCDE devraient concevoir des politiques de santé conçues pour s'attaquer à ces facteurs de risque comportementaux clés, ainsi qu'aux maladies chroniques qui en découlent. Celles-ci pourraient augmenter le niveau d’emploi et la productivité du travail et aussi réduire les disparités sociales en matière de santé. Dans le cas contraire, les gouvernements perdront des recettes fiscales du fait de la perte d'emplois, avec des coûts sociaux éventuels liés à des dépenses publiques non souhaitables. Les employeurs devront alors supporter un roulement de personnel accru ainsi que les coûts de remplacement temporaire, ce qui pourrait les rendre moins concurrentiels sur le marché.


FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants