Langues:
Accueil » Risques professionnels des pesticides » Niveau 1

Exposition aux pesticides et effets sur la santé

Risques professionnels des pesticides Page d'accueil

Contexte - Bilan de la littérature scientifique sur les risques pour la santé de l’exposition professionnelle aux pesticides

Ceci est un résumé fidèle du rapport produit en 2013 par L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) : "Pesticides : Effets sur la santé - Une expertise collective de l’Inserm " 

  • Source :INSERM (2013)
  • Résumé & Détails: GreenFacts

Introduction

Ce rapport fait un bilan de la littérature scientifique sur les risques pour la santé de l’exposition professionnelle aux pesticides, particulièrement sur les effets d’une utilisation dans le secteur agricole et sur les effets d’une exposition du fœtus et des jeunes enfants.

Qu’est-ce qu’un pesticide?

Le terme pesticide regroupe de nombreuses substances très variées agissant pour détruire, contrôler ou repousser des organismes vivants indésirables ou néfastes : insectes, vertébrés, vers, plantes, champignons, bactéries. Il n’existe pas de pesticide totalement spécifique à un nuisible et de ce fait, un pesticide, destiné à lutter contre un nuisible, présente un potentiel toxique plus ou moins étendu pour d’autres organismes qu’il ne cible pas mais ayant des processus et mécanismes physiologiques partiellement communs.

Environ 1000 pesticides ont déjà été mis sur le marché et actuellement 309 sont autorisés en France sous la forme de près de 10 000 formulations commerciales différentes : liquides, solides: granulés, poudres,... Les plus vendus ont comme principe actif le soufre ou le glyphosate (désherbant). 

Quels sont les usages des pesticides ?

La majorité (90%) des pesticides, en termes de quantité, sont utilisés pour les besoins de l’agriculture dont 80% dans la culture des céréales à paille, du maïs, du colza et de la vigne. Les fongicides représentent près de la moitié de ces usages. D’autres secteurs professionnels sont: l’entretien des voiries, jardins et parcs, ainsi que la fabrication et le traitement du bois. Ils sont aussi utilisés en santé humaine et vétérinaire, dans la lutte contre les moustiques ou la dératisation. 

Il y a par ailleurs tous leurs usages domestiques : lutte contre les plantes ou animaux nuisibles, désinsectisation, jardinage, bois.  

A noter que la vente des insecticides a diminué de près de 70 % entre 1990 et 2000 en partie du fait de la mise sur le marché de substances actives utilisées à des quantités plus faibles, de l’ordre de quelques grammes à l’hectare .1 

1 Voir rapport complet pg 863 ; cette info paraît pertinente à souligner

Comment est-on exposé aux pesticides ?

Les pesticides sont présents partout dans l’environnement : dans l’air, l’eau, le sol et les denrées alimentaires. La plupart des substances actives utilisées actuellement sont cependant éliminées relativement rapidement par l’organisme.  

En milieu professionnel, l’exposition la plus courante est par contact avec la peau. Dans certaines circonstances particulières d’application (fumigation, utilisation en milieu fermé), les produits peuvent aussi être inhalés. L’exposition durant la production des pesticides peut également être significative 2

Pour la population générale, la principale voie d’exposition est à travers l’alimentation. 

2 (vp 884) Par exemple, « la plus forte augmentation significative du risque de leucémies a été observée pour les travailleurs en industrie de production de pesticides avec un excès de risque de survenue de 43 % ».

Les pesticides sont-ils à l’origine de cancers ?

Différents types de cancer pourraient être liés à l’exposition aux pesticides :  

Cancers du système sanguin : Chez les professionnels exposés aux pesticides, il existe une augmentation du risque de cancers lymphatiques et de la moelle osseuse. Les pesticides de la famille des organophosphorés et certains organochlorés (lindane, DDT), à présent interdits, seraient en cause. Un risque de leucémie a aussi été rapporté, notamment chez les enfants exposés durant la grossesse, mais les résultats sont moins clairs. Un risque plus élevé a été rapporté chez les femmes exposées par rapport au risque observé chez les hommes. 

Cancer de la prostate : Une augmentation du risque existe chez les agriculteurs, les ouvriers d’usines de production, et les populations rurales. Outre un pesticide de la famille des carbamates (butylate), une série de pesticides à présent interdits d’usage. Ici aussi seraient en cause principalement le chlordécone et les carbofuran, coumaphos, fonofos et perméthrine. Pour certains pesticides, le risque accru de cancer ne semble être observé que chez des agriculteurs ayant des antécédents génétiques familiaux. 

Autres types de cancer : Pour d’autres types de cancer, l’analyse de données reste difficile du fait d’un faible nombre de cas, comme pour le cancer du testicule, du cerveau ou la maladie de Hodgkin. D’autres facteurs rendent l’interprétation des données difficile, comme par exemple le fait que la population agricole a une exposition importante aux rayons solaires ultra-violets, ce qui augmente le risque de mélanome (cancer de la peau).

Les pesticides sont-ils la cause de maladies neurodégénératives ?

Une augmentation du risque maladie de Parkinson a été observée chez les personnes professionnellement exposées aux pesticides. Une augmentation du risque pour la maladie d’Alzheimer a été aussi observée dans certaines études. Quant à la maladie de Charcot (sclérose latérale amyotrophique, ou SLA), trop peu d’études sont disponibles pour pouvoir conclure. 

De plusieurs analyses, il est conclu que des expositions professionnelles aux pesticides, notamment aux organophosphorés, ont un effet sur le fonctionnement cognitif, notamment en cas d’expositions à de fortes doses.

L’exposition aux pesticides peut-elle avoir des effets sur la grossesse et le développement de l’enfant ?

Dans le cas d’une exposition professionnelle de la mère, les publications actuelles suggèrent une augmentation du risque de fausses-couches, de malformations congénitales, d’une atteinte de la motricité fine, de l’acuité visuelle ou encore de la mémoire à court terme de l’enfant. Une augmentation significative du risque de leucémie et de tumeurs cérébrales a aussi été récemment mise en évidence. 

Dans le cas de femmes qui vivent au voisinage d’une zone agricole ou qui sont exposées aux pesticides du fait de leur usage domestique, le risque de malformations congénitales chez les enfants est accru. Des atteintes au développement du système nerveux et une augmentation significative du risque de leucémie sont également rapportées dans ces conditions. 

Les pesticides ont-ils un effet sur la fertilité ?

Le lien entre certains pesticides qui ne sont plus utilisés et des atteintes de la fertilité masculine a été clairement établi mais en ce qui concerne les pesticides actuellement employés, de nombreuses incertitudes subsistent. 

Le lien entre pesticides et infertilité chez la femme est mal connu et mériterait d’être mieux étudié. 

L’exposition à des mélanges de pesticides présente-t-elle un risque particulier ?

Les mélanges de pesticides et autres substances auxquelles les populations sont exposées de façon permanente et à faibles doses pourraient donner lieu à des effets mais ceux-ci restent difficilement prévisibles et restent un des enjeux importants de la recherche et de l’évaluation des risques. 

Il est à souligner d’une manière générale que « ne pas être en mesure de conclure » ne veut pas dire obligatoirement qu’il n’y a pas de risque. Si certaines substances sont mises en cause, c’est qu’elles ont été plus souvent étudiées que d’autres et que de nombreuses substances actives n’ont pas fait l’objet d’études épidémiologiques. 

Quelles sont les recommandations issues de cette étude ?

Les auteurs considèrent qu’une meilleure connaissance des données d’exposition anciennes et actuelles de la population professionnelle est nécessaire.  

Les périodes critiques d’exposition (durant le développement, par exemple), aussi bien en milieu professionnel qu’en population générale, doivent également faire l’objet d’attention, et les recherches pluri- et trans-disciplinaires doivent être poursuivies pour permettre une caractérisation plus rapide des dangers potentiels et des risques liés à l’exposition aux substances actives dans les pesticides


FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video