Langues:
Accueil » Impact sur le climat du gaz de schiste » Niveau 1

Incidence sur le climat de la production potentielle de gaz de schiste dans l’UE

Impact sur le climat du gaz de schiste Page d'accueil

Contexte - Le gaz peut être extrait de « schistes de gaz », dans le cadre d’un processus appelé « fracturation hydraulique » et connu également sous le nom de « forage ».

Quelles sont les émissions de gaz à effet de serre et les implications pour le climat liées à cette méthode d’extraction ?

Ceci est un résumé fidèle du rapport produit en 2012 par la DG Environnement (DG Environnement) : " AEA: Climate impact of potential shale gas production in the EU" 

Le gaz peut être extrait de « schistes de gaz », des roches qui sont formées par des dépôts de boue, de limon, d’argile et de matière organique. Ces roches poreuses peuvent capturer du gaz naturel en leur sein et afin d’extraire ce dernier, elles doivent être fissurées ou fracturées. Ces nouvelles ressources de gaz sont de plus en plus intéressantes pour l’exploitation, les ressources conventionnelles devenant moins abondantes. A l’heure actuelle, la Commission européenne se penche sur la sécurité et les implications pour le climat liées à l’extraction de ces nouvelles ressources en Europe.

Le présent rapport d’AEA Technology analyse et examine ces estimations pour chaque étape de la production d’électricité issue du gaz de schiste, en tenant compte des émissions directes et indirectes liées à l’extraction, au transport et à l’utilisation du gaz, notamment les phases de pré-production et de production (sans tenir compte du stade d’exploration).

Quelle incidence sur le climat la production de gaz de schiste dans l’UE pourrait-elle avoir ?

Certaines études, qui ont fait l’objet d’une intense couverture médiatique, ont conclu que les émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie des gaz de schiste pouvaient être supérieures à celles des ressources conventionnelles de gaz naturel, de pétrole ou de charbon s’ils étaient utilisés pour produire de la chaleur et envisagés sur une période de 20 ans. Cependant, la plupart des études suggèrent qu’à l’échelle mondiale, les émissions générées par les gaz de schiste, bien qu’elles soient légèrement inférieures à celles du gaz conventionnel, produiraient beaucoup moins d’émissions de gaz à effet de serre (entre 41% et 49%) que le charbon.

En général, on estime que les émissions de gaz à effet de serre pouvant être liées à l’exploitation du gaz de schiste dans l’UE sont d’environ 60 à 70 g par MJ d’énergie thermique, ou de 472gCO2 éq par kWh d’électricité produite, ce qui est légèrement moins (entre 4% et 8%) qu’avec des ressources conventionnelles de gaz. On estime également, avec moins de certitude, que les émissions de gaz à effet de serre produites par l’exploitation du gaz de schiste en Europe sont généralement un peu moins élevées que celles générées par l’importation de gaz conventionnel de sources extérieures à l’Europe.

Comme pour les ressources conventionnelles de gaz, la combustion des gaz de schiste est la principale source d’émissions de CO2. Cependant, les émissions proviennent également des phases de pré-production, de production, de traitement et de transport, même si globalement, l’importance des émissions durant ces phases est moindre. La deuxième plus grande source d’émissions est la construction et l’installation de puits d’extraction. Le processus de fracturation peut générer des émissions de méthane quand le fluide utilisé est ramené à la surface, or ces émissions ne sont pas présentes dans l’extraction de gaz conventionnel.

Des incertitudes demeurent quant aux émissions de GES durant la phase de production. De même, la gestion des déchets (eaux usées en particulier) générés par l’extraction de gaz de schiste aura également une influence sur le niveau global d’émissions de GES.

L’exploitation des gaz de schiste en Europe pourrait-elle avoir d’autres incidences ?

En raison des densités de population généralement plus élevées en Europe, certains soulignent dans le rapport que l’exploitation de gaz de schiste pourrait avoir une empreinte écologique générale plus faible que l’exploitation actuelle de gaz de schiste aux États-Unis ou que la production de gaz conventionnel en Europe, les exploitants subissant davantage de pression pour réduire l’impact de la construction des puits sur le paysage ; cela nécessiterait toutefois une analyse plus approfondie. Des incertitudes existent néanmoins sur le niveau de réutilisation et de traitement des eaux usées générées par le processus d’extraction.

Le cadre règlementaire de l’UE devra être adapté pour tenir compte de l’exploitation de gaz de schiste. Pour ce qui est notamment de la déclaration des émissions, le cadre de déclaration actuel de l’UE, établi par la CCNUCC et le GIEC, ne comporte pas de données spécifiques pour l’extraction de gaz de schiste. La méthode de déclaration utilisée en Amérique du Nord pourrait servir de base en vue d’adapter le cadre de déclaration de l’UE à la réalité de l’extraction de gaz de schiste.

Pour plus d’informations sur le gaz de schiste, vous pouvez également consulter nos faits saillants sur les risques potentiels pour l’environnement et la santé liés à l’exploitation de gaz de schiste en Europe : www.greenfacts.org/fr/gaz-schiste/index.htm.


FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants