Langues:
Accueil » Aspirine & Cancer » Niveau 1

Les effets préventif de l'aspirine sur le développement du cancer

Aspirine & Cancer Page d'accueil

Contexte - Divers extraits sur l'aspirine tirés du World Cancer Report 2020 indiquent que l'aspirine peut exercer des effets préventifs importants sur diverses formes de cancer, qui sont mis en évidence ici.

Ceci est une synthèse et un résumé de plusieurs rapports scientifiques de consensus. Pour une liste complète des sources, vous pouvez vous référer à la section références.

Dernière mise à jour: 2 avril 2021

Introduction

Malgré leur stade de développement précoce, certaines découvertes importantes ont été faites pour la prévention du cancer. Parmi celles-ci, ce rapport indique que l'aspirine à faible dose se distingue comme ayant le plus grand impact potentiel sur la population dans son ensemble. Si l'aspirine a fait l'objet de recommandations antérieures de la part des organismes professionnels contre son utilisation dans la population générale en raison de certains risques d'hémorragie gastro-intestinale et cérébrale, ces recommandations doivent maintenant être mises à jour compte tenu des avantages beaucoup plus importants constatés pour la prévention du cancer que pour les maladies cardiovasculaires1.

1. Pourquoi mettre l'accent sur l'aspirine parmi les moyens de prévenir certains cancers ?

Parmi les facteurs qui contribuent à prévenir l'incidence du cancer, le World Cancer Report 2020 (WCR 2020) souligne spécifiquement une série d'observations selon lesquelles l'utilisation régulière d'aspirine et d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens a un effet majeur sur la réduction de divers types de tumeurs2.

En effet, selon ce rapport, il existe désormais des preuves irréfutables que l'aspirine exerce un effet majeur, en particulier sur trois types de cancer gastro-intestinaux courants : le cancer colorectal, le cancer de l'estomac et le cancer de l'œsophage. Elle elle permet potentiellement de réduire légèrement trois autres types de cancer importants : le cancer du poumon, le cancer du sein et le cancer de la prostate3 (plus de détails sous la question 2 ci-dessous).

À l'échelle mondiale, on a estimé que l'utilisation à long terme d'environ 10 ans d'aspirine réduisait l'incidence globale du cancer d'environ 9 % chez les hommes et 7 % chez les femmes, et la mortalité globale par cancer de 13 % chez les hommes et 9 % chez les femmes.

De plus, les avantages préventifs supplémentaires de l'utilisation de l'aspirine associée aux inhibiteurs de la pompe à protons à forte dose et aux statines pour d'autres types de cancer et pour les maladies cardiovasculaires, font que ces médicaments peuvent être de bons candidats pour la chimioprévention dans les groupes à haut risque4.

Cependant, des questions subsistent quant à la dose optimale, la durée, l'efficacité, la sécurité et l'impact de l'aspirine sur différents sous-types de cancers spécifiques, et des recherches supplémentaires sont nécessaires.

2. Quels sont les principaux types de cancer prévenus par une utilisation régulière de l'aspirine ?

Pour le cancer colorectal, l'utilisation régulière à long terme de l'aspirine contribuerait à en réduire d'environ un tiers l'incidence et la mortalité5. Chez les personnes à risque moyen, l'utilisation de l'aspirine (dose quotidienne ou alternée, ≥ 75 mg) semble en effet réduire l'incidence de ce cancer, avec une aussi une faible réduction de la mortalité toutes causes confondues dans les 10 ans suivant le début de l'utilisation.

Pour le cancer de l'œsophage et le cancer de l'estomac, des effets bénéfiques d'une taille similaire ont également été observés.

Pour le cancer du pancréas, un examen des données épidémiologiques effectué par un groupe de travail en 2015 a suggéré que l'aspirine et les statines pourraient avoir un certain effet protecteur, tandis que les anti-inflammatoires non stéroïdiens sans aspirine ne semblent pas avoir un tel effet sur le risque de cancer du pancréas6.

Pour le cancer de l'endomètre, l'utilisation régulière d'aspirine a également été associée à une réduction du risque de chez les femmes obèses ; peu d'effet a été observé chez les femmes de poids normal. Il est moins clair si cette association est limitée à l'aspirine à dose standard ou si l'utilisation de formulations à faible dose peut également conférer un avantage.

Pour le cancer de la prostate, l'utilisation généralisée d'aspirine à faible dose pendant 10 ans entre 50 et 65 ans pourrait avoir un impact majeur sur l'incidence du cancer et sur sa mortalité.

Pour le cancer du poumon et le cancer du sein, des réductions plus faibles et moins convaincantes de 5 à 15 % ont également été constatées récemment.

Pour le cancer de l'ovaire, des preuves émergentes suggèrent que l'utilisation très fréquente de l'aspirine (≥ 6 jours par semaine) serait associée à des réductions modestes du risque dans les études cas-témoins et prospectives regroupées. Cependant, les analyses des effets de l'utilisation à long terme de l'aspirine (c'est-à-dire ≥ 10 ans) et de l'utilisation d'autres analgésiques (par exemple, l'acétaminophène) sont nécessaires pour peser les risques et les avantages potentiels et pour délimiter les populations cibles.

L'effet est de 30 % pour le cancer colorectal, de l'estomac et de l'œsophage et jusqu'à 50 % pour le carcinome épidermoïde de l'œsophage et l'adénocarcinome de l'œsophage. Ceci avec des réductions plus faibles et moins certaines pour le cancer du sein, de la prostate et du poumon (5-15%).

Pour les autres sites majeurs de cancer, il semble y avoir peu ou pas d'effet7.

Globalement, l'impact relatif de l'utilisation de l'aspirine semble être similaire entre les sexes, mais les effets globaux sont plus importants pour les hommes car ces types de cancer sont relativement plus fréquents chez les hommes. L'impact sur la mortalité par cancer semble être plus important que celui sur l'incidence, ce qui suggère un effet anti-métastatique ainsi qu'un effet distinct sur l'incidence8.

Les mécanismes de médiation de ces effets ne sont cependant pas encore établis et des essais sont en cours pour examiner l'aspirine en tant que traitement adjuvant pour les personnes atteintes de cancer colorectal, de l'estomac, de l'œsophage, du sein et de la prostate.

3. Quel est l'équilibre entre l'effet préventif et les effets nocifs de l'aspirine ?

L'aspirine a fait l'objet de recommandations antérieures de la part d'organismes professionnels contre son utilisation dans la population générale. Cependant, ces recommandations étaient fondées sur la comparaison entre les avantages cardiovasculaires et les risques d'hémorragie. Les hémorragies gastro-intestinales et cérébrales sont en effet les principaux inconvénients liés à l'utilisation de l'aspirine, et leur risque et leur taux de mortalité augmentent avec l'âge.

Comme indiqué dans le rapport, ces recommandations doivent maintenant être mises à jour compte tenu des bénéfices beaucoup plus importants observés pour la prévention du cancer que pour les maladies cardiovasculaires9. Ces bénéfices n'ont été rapportés que plus récemment, en grande partie parce qu'ils n'étaient apparents qu'après 3 à 5 ans d'utilisation de l'aspirine.

Lorsque la réduction du risque de cancer et de maladie cardiovasculaire et le risque de saignement excessif sont tous considérés dans la population générale âgée de 50 à 65 ans, l'utilisation de l'aspirine prophylactique est probablement bénéfique avec un rapport bénéfice-risque très favorable pour la population générale, hommes et femmes, d'au moins 7:1 pour les décès. La United States Preventive Services Task Force soutient actuellement l'utilisation de l'aspirine pour les personnes présentant un risque accru de maladie cardiovasculaire ou de cancer colorectal.

4. Après combien de temps l'utilisation de l'aspirine permet-elle d'observer un effet préventif sur l'incidence du cancer ?

Les effets de l'utilisation quotidienne de l'aspirine sur l'incidence du cancer ne sont pas apparents avant au moins 3 ans après le début de l'utilisation, avec une réduction relative de l'incidence après cette période pour tous les cancers d'environ 24%. Certains avantages semblent se maintenir pendant plusieurs années après l'arrêt du traitement chez les utilisateurs à long terme.

Pour le cancer colorectal sporadique cependant, les données d'observation montrent que l'utilisation de l'aspirine ne réduit le risque qu'après environ une décennie à partir du début de l'utilisation10.

5. Comment l'aspirine agirait-elle pour prévenir certains types de cancer ?

Comme mentionné, l'impact de l'utilisation de l'aspirine sur la mortalité par cancer semble être plus important que celui de l'incidence, ce qui suggère un effet anti-métastatique ainsi qu'un effet distinct sur l'incidence11. Bien que les mécanismes de médiation de ces effets ne soient pas encore établis, le rôle de l'inflammation comme médiateur crucial du cancer colorectal est bien établi.

Des variantes génétiques qui interagissent avec des agents environnementaux ont été identifiées comme étant associées à l'utilisation d'aspirine et/ou de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). L'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l'aspirine mais aussi l'ibuprofène s'est en effet avérée réduire significativement le risque de cancer colorectal dans certaines populations de patients. Les prostaglandines sont également particulièrement importantes au vu de l'effet protecteur de l'aspirine sur plusieurs types de tumeurs humaines.

Les réductions relatives de l'incidence du cancer semblent être similaires chez les hommes et les femmes, bien que les données soient moins nombreuses pour les femmes et que les hommes aient une incidence plus élevée des types de cancer pour lesquels l'incidence est réduite par l'utilisation de l'aspirine, ce qui entraîne des réductions absolues plus importantes.

Des essais sont en cours pour examiner l'aspirine comme traitement adjuvant pour les personnes atteintes de cancer colorectal, de l'estomac, de l'œsophage, du sein et de la prostate.

6. Ces effets de prévention du cancer de l'aspirine sont-ils observés pour d'autres substances anti-inflammatoires ?

Les données sur d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l'ibuprofène, le sulindac ou le célécoxib, sont moins nombreuses, mais il n'existe pas d'essais avec un suivi à long terme, à l'exception des études sur les adénomes colorectaux, mais des études d'observation ont trouvé des effets globaux similaires sur l'incidence du cancer.

Références

Document de référence :
The World Cancer Report 2020 : Cancer Research for Cancer Prevention 

1 Voir le WRC Report 2020, p 528
2 Voir summary & Conclusions p 527
3 Voir summary & table p 523
4 Voir p 330
5 Voir p 27
6 Voir p 372
7 Voir pp 415 & 418
8 Voir p 523
9 Voir p 528
10 Voir p 94
11 Voir p 523

FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Get involved!

This summary is free and ad-free, as is all of our content. You can help us remain free and independant as well as to develop new ways to communicate science by becoming a Patron!

PatreonBECOME A PATRON!