Langues:
Accueil » Biocarburants » Niveau 1

Impact des politiques de production de biocarburants de l'UE sur les pays en développement

Biocarburants Page d'accueil

Contexte - Les politiques sur les biocarburants dans l'UE ont des impacts sur les pays en développement. Dans le but de renforcer ses connaissances sur les conséquences d'une augmentation de la demande de biocarburants et comment les politiques peuvent en tenir compte, ce rapport présente une analyse de ces impacts avec un accent particulier sur les pays africains.

Ceci est un résumé fidèle du rapport produit en 2013 par la Commission Européenne (CE) : "Assessing the impact of biofuels production on developing countries from the point of view of Policy Coherence for Development " 

  • Source :CE (2013)
  • Résumé & Détails: GreenFacts
Dernière mise à jour: 5 décembre 2017

Quels sont les impacts plus spécifiquement évalués par ce rapport ?

Ce rapport produit pour l'UE vise à identifier et évaluer les impacts positifs et négatifs pertinents ainsi que les lacunes de connaissances sur les liens entre les investissements dans les biocarburants et le développement durable dans les pays en développement. Il s'intéresse au contexte global de la production de biocarburants, de la sécurité alimentaire jusqu’aux impacts sociaux, politiques et les droits humains.

Le rapport met en évidence les défis, les opportunités, les synergies et les compromis identifiés relatifs aux objectifs de production et de développement des biocarburants dans ces pays sur base de contextes et de méthodes de production variant selon les pays.

Quelle est l'influence de la production de biocarburants sur la sécurité alimentaire ?

D’une manière générale, il existe trois catégories principales de ressources bioénergétiques:

  1. les résidus et les déchets ; 
  2. la végétation naturelle ; 
  3. les cultures énergétiques.

La production de biocarburants peut soit augmenter soit réduire la sécurité alimentaire, en particulier pour les petits agriculteurs, en fonction de la politique qui sous-tend son développement et des caractéristiques du secteur agricole local.

Cependant, des facteurs tels qu’une productivité agricole faible ou en déclin, des conditions météorologiques exceptionnellement défavorables ou la hausse des prix internationaux du pétrole, semblent être des moteurs plus importants de la hausse des prix des denrées alimentaires que le niveau actuel de production de biocarburants.

Malgré tout, même si ce n'en est pas le principal moteur, une augmentation de leur production de biocarburants exacerbera la pression sur les prix alimentaires locaux, en particulier pour les pays en développement qui, du fait d’une baisse locale ou régionale de la production alimentaire, dépendront plus de l’importation de denrées alimentaires de base depuis le marché international. La multiplication des cultures et la rotation des cultures pourraient contribuer à répartir ces risques du marché et d'atténuer les risques économiques liés aux conditions météorologiques défavorables.

Les politiques de l'UE en matière de biocarburants ont-elles une influence sur les pratiques dans les pays en développement ?

Un lien clair peut être établi entre les politiques bioénergétiques de l'UE et le fort intérêt des entreprises européennes à acquérir des terres agricoles dans les pays en développement, en particulier en Afrique. Cela implique également que le développement de la production de biocarburants conventionnels a un impact sur l'accès aux ressources naturelles, telles que la terre et l'eau, et conduit souvent à une augmentation de la concentration des terres au détriment des pratiques agricoles des petits exploitants. Ces politiques ne prennent en effet pas en compte des intérêts locaux, des moyens de subsistance et des conditions de bien-être, ceci au sein de conflits croissants dus à la pression croissante sur les terres et à l'acquisition de ces terres à grande échelle.

Les retombées positives des investissements dans les biocarburants dans les pays en développement ne seraient donc obtenues que par le renforcement du cadre politique concernant les bioénergie, et aussi en offrant des formations, tout en partageant les meilleures pratiques et en facilitant le transfert de technologies. Le problème est que de nombreux pays n'ont pas de mécanismes juridiques ou procéduraux en place pour protéger les droits locaux.

Quelles sont les principales critiques concernant les investissements agricoles liés à la production de biocarburants dans les pays en développement ?

La principale critique concerne la façon dont les terres «inutilisées» ou «marginales» sont traitées. La menace de dépossession ou d'expulsion de terre en raison de l'incapacité du gouvernement à offrir une protection adéquate des droits fonciers coutumiers est réelle. Dans la plupart des cas, la terre est déjà utilisée ou revendiquée – alors que ces utilisations et les revendications de ces terres ne sont pas reconnues. Les utilisateurs sont en effet généralement privés de droits fonciers formels (la façon dont les terres sont détenues ou détenues par des particuliers ou des groupes) et de l'accès à la loi et aux institutions. Les pasteurs et les éleveurs ont tendance à être les plus vulnérables dans ces processus.

Une autre critique est que les changements dans les régimes fonciers et les changements dans l'utilisation des terres ont souvent pour effet d'affaiblir les droits fonciers des femmes, particulièrement lorsque les femmes sont pauvres et que leur accès à la terre dépend de leurs parents masculins, comme c'est le cas dans la plupart des terres coutumières en Afrique.

Quel est le principal type de biomasse produite pour la production de bioénergie ?

Une grande majorité des projets «non alimentaires» (73%) sont exclusivement consacrés à la production de jatropha, un arbuste originaire d'Amérique centrale et qui s'est répandu en Afrique et en Asie, la plupart d'entre eux étant situés en Afrique, en particulier dans les pays d'Afrique de l'Est. Son potentiel de croissance dans des terres marginales avec peu de précipitations peut aider à raviver certaines de ces zones. Cependant, il est important de distinguer entre la plantation pour la réhabilitation des terres (dimension à long terme) et un objectif de production : que le jatropha puisse couvrir des terres marginales ne signifie pas que la production sera suffisamment élevée pour la production de biocarburants.

Cependant, les stratégies commerciales pour les biocarburants, avec les investisseurs privés de l'UE comme principaux acteurs impliqués dans les acquisitions de terres à grande échelle, sont souvent à long terme et plusieurs années sont nécessaires avant une première récolte commercialisable. Les données disponibles suggèrent aussi qu'un certain nombre de ces investissements en Afrique sont de nature spéculative avec des conséquences négatives pour les populations locales et de nombreux projets de biocarburants à grande échelle en Afrique échouent ou sont abandonnés. En réalité, il semble que les projets réellement viables sont ceux qui ne ciblent pas seulement le marché international des biocarburants, mais aussi les utilisations locales du Jatropha, comme la production de chaleur ou la fabrication de savon.

Quels sont les principaux impacts environnementaux des investissements dans la bioénergie ?

Les législations nationales et internationales exigent généralement une Evaluation de l'impact sur l'environnement (EIE) ou une Évaluation d'impact environnemental et social (EIES) avant que les travaux de mise en œuvre ne commencent mais, dans la majorité des cas examinés, ils ne sont considérés que comme un fardeau administratif.

Les principaux impacts environnementaux de la production de matières premières pour les biocarburants sont causés par des systèmes agricoles intensifs qui peuvent être efficaces mais pas toujours durables. Les principales cultures actuellement utilisées dans la production de matières premières pour les biocarburants liquides nécessitent des terres agricoles de qualité et, pour générer des rendements économiquement viables, des intrants importants en termes d'engrais, de pesticides et d'eau.

En termes de déforestation, toutes les données coïncident pour indiquer que le taux lié à l'expansion des biocarburants aux dépends des forêts varie de 13 à 99%, les taux les plus élevés étant observés en Indonésie pour le palmier à huile.

Un autre impact important concerne les ressources en eau. La plupart des cultures actuellement utilisées pour la production de biocarburants ont des besoins en eau relativement élevés et, globalement, l'empreinte hydrique des biocarburants est importante comparée aux autres formes d'énergie (70 fois plus grande que celle du pétrole). La supposée utilisation gratuite de l'eau par les investisseurs dans les biocarburants conduit également à une empreinte eau inappropriée (inefficacité, gaspillage, assainissement et pollution) car l'eau drainée est souvent déversée dans les rivières sans prétraitement. Un facteur important est que d'ici 2050, en raison du changement climatique, la superficie des terres soumises au stress hydrique devrait être importante.

Quelles sont les conséquences sociales et professionnelles potentielles de la production de biocarburants dans les pays en développement ?

Une grande partie des emplois susceptibles d'accompagner une production accrue de biocarburants dans les pays en développement sera due à l'augmentation potentielle de l'utilisation de la main-d'œuvre au niveau des fermes produisant les matières premières. L'agriculture à grande échelle de la canne à sucre tend cependant à créer moins d'emplois à mesure que le niveau de mécanisation augmente.

Les données ont montré que dans la plupart des ménages où un ou plusieurs membres du ménage travaillaient dans la plantation, leur propre activité agricole était soit réduite, soit complètement arrêtée, entraînant une baisse de productivité et de revenu, et les petits exploitants n'employant généralement pas d'autres personnes. Même si les terres dites «marginales» ne peuvent soutenir une production marchande, elles peuvent fournir aux populations locales, notamment pour les ménages les plus pauvres, de la nourriture, des aliments, des plantes médicinales, des matériaux de construction ou du combustible, sans parler des dimensions socioculturelles.

La réglementation joue-t-elle un rôle dans le contrôle des différents impacts des investissements bioénergétiques dans les pays en développement et dans quelle mesure sont-ils transparents ?

Un problème de plus en plus reconnu est le manque de transparence et de disponibilité ou de données fiables. Des exemples d'initiatives de transparence, telles que l'Initiative pour la Transparence des Industries extractives, devraient être analysés en vue de mettre en place des systèmes similaires pour améliorer la disponibilité des données et la responsabilisation du secteur privé sur les investissements dans les projets bioénergétiques.

Alors que de nombreux pays africains ont mis en œuvre ou préparent des politiques sur les biocarburants, leur développement montre plusieurs lacunes. Les cadres réglementaires concomitants font toujours défaut et les capacités d'analyse de l'adéquation des terres à la production de biocarburants sont insuffisantes. La plupart des investissements à grande échelle ont en effet lieu dans des pays à faible régime foncier. Les investisseurs profitent des paradis fiscaux et de toutes les autres formes d'incitations financières, et très probablement calculent le prix de vente de leurs biocarburants produits dans les pays en développement de manière à s'assurer qu'aucune taxe ne sera payée dans ces pays.

Comme, d'un point de vue social et économique, les partenaires locaux actifs semblent être les plus viables, un certain nombre de pays ont pris des mesures pour renforcer explicitement la protection et la reconnaissance des droits coutumiers dans la législation nationale et dans les modèles commerciaux impliquant les petits exploitants.

Y a-t-il des exemples positifs d'investissements dans les biocarburants dans les pays en développement ?

Il existe en effet des exemples de bonnes pratiques à travers le monde ciblant à la fois la production de biocarburants pour l'exportation et la production locale d'énergie pour en augmenter l'accès. Ceux-ci en démontrent les avantages potentiels en termes de qualité du sol, de disponibilité et de qualité de l'eau, d'agro-biodiversité, d'atténuation des risques de changement climatique, de productivité, de génération de revenus et besoins en intrants.

Les productions issues des grandes et petites plantations de biocarburants et de leurs unités de transformation peuvent être couplées à la production d'électricité ou à la cogénération d'énergie à partir des résidus de récolte, par exemple après l'extraction du sucre de la canne à sucre ou les huiles des graines. Alternativement, les résidus peuvent être utilisés pour produire du biogaz à des fins domestiques fournissant une source locale propre de d’énergie pour la cuisson des aliments et le chauffage.

Ces dimensions compliquent bien entendu les projets mais offrent un moyen de couvrir les risques des investissements dans les biocarburants, tout en contribuant au développement local, non seulement par la création d'emplois mais aussi par la fourniture d'avantages en termes d'environnement, d'économie et de société.

Malheureusement, étant donné que la plupart des investisseurs étrangers ciblent généralement la production de biocarburants pour l'exportation alors que le marché intérieur reste généralement une cible secondaire, le concept de production de biocarburants comme moyen d'accroître la sécurité énergétique nationale des pays en voie de développement est limitée.

Quelles sont les principales conclusions de cette étude ?

L'un des défis pour le secteur de la bioénergie réside dans la nécessité de mettre en place des cadres politiques intégrés dans les politiques globales d'éradication de la pauvreté et de développement durable afin de garantir que les plus démunis puissent en être parmi les principaux bénéficiaires.

Une politique axée sur la réalisation d'un objectif interne à l’UE de mélange de biocarburants via des biocarburants certifiés ne peut à elle seule permettre de développer automatiquement une industrie bioénergétique durable, en particulier dans les pays en voie de développement.

D'autres conclusions importantes sont que la plupart des données identifiées dans ce rapport sont insuffisamment prises en compte par ceux qui doivent revoir les politiques existantes et façonner de nouvelles orientations pour un développement durable des biocarburants et des risques associés aux revendications et à la perception des « terres inutilisées disponibles dans les pays en développement.

Le respect des codes de conduite et des systèmes de certification existants devrait donc être encouragé et les pays en développement devraient être soutenus afin d'assurer leur adoption, et des instruments devraient être développés pour en réduire les coûts associés pour les agriculteurs.


FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants