Langues:
Accueil » Gluten » Niveau 1

Intolérance au gluten

Gluten Page d'accueil

Contexte - Le gluten est une protéine présente dans le blé et d’autres céréales qui sont largement utilisées dans les régimes alimentaires occidentaux. Quelle est l’ampleur des troubles digestifs liés au gluten ?

Qu’est-ce que l’intolérance au gluten ?

Ceci est un résumé fidèle du rapport produit en 2011 par  : " Health Hazard Assessment for Gluten Exposure in Individuals with Celiac Disease: Determination of Tolerable Daily Intake Levels and Levels of Concern for Gluten" 

  • Source : (2011)
  • Résumé & Détails: GreenFacts

Introduction

Le gluten est un mélange de protéines présentes dans le blé, mais également dans l’orge, le seigle et d’autres céréales. Pour certaines personnes qui ont une prédisposition génétique (environ 1 % de la population aux États-Unis), l’exposition au gluten entraîne le développement de la maladie coeliaque (MC). La MC est une réaction d’hypersensibilité permanente qui touche l’intestin grêle et peut également provoquer un type de dermatite auto-immune.

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est un composant du blé qui consiste en un mélange complexe de protéines de réserve. Des protéines semblables sont présentes dans le seigle et l’orge. Techniquement, seules les protéines dans le blé sont appelées gluten, mais celles présentes dans le seigle et l’orge provoquent également des réactions d’hypersensibilité et sont donc considérées comme du « gluten » en cas de maladie coeliaque. Dans les aliments fabriqués à partir du blé, du seigle, de l’orge, du triticale et de l’avoine, la simple présence de « protéines » dans ces aliments signifie généralement que du gluten peut être présent.

La plupart du temps, l’avoine est tolérée en quantités modérées (par ex. entre 50 et 70 grammes par jour) par des individus sensibles à la MC, mais de nombreux produits à base d’avoine contiennent également des traces de blé, de seigle ou d’orge dues à des contacts croisés avec ces graines durant leur culture, leur récolte, leur transport, leur stockage ou leur traitement.

Qu’est-ce que la maladie coeliaque (MC) ?

La maladie coeliaque est une réaction d’hypersensibilité permanente provoquée chez des individus ayant une prédisposition génétique (environ 1 % de la population aux États-Unis) par l’ingestion du gluten présent dans le blé, le seigle et l’orge. Il s’agit d’une maladie grave qui a également un lien avec plusieurs autres troubles et maladies.

Une part importante de la prédisposition génétique à la MC est liée à certains gènes spécifiques, mais d’autres facteurs peuvent également avoir une influence déterminante sur la prédisposition à la MC comme, par exemple, des facteurs environnementaux (par ex. l’allaitement peut atténuer le risque, des infections peuvent l’augmenter), des anomalies au niveau du système immunitaire et certains syndromes génétiques.

On estime que de nombreux individus souffrent de la maladie coeliaque de façon « silencieuse », c’est-à-dire qu’ils ne présentent pas de symptômes digestifs directs comme la diarrhée, mais souffrent de troubles intestinaux. Le bon diagnostic de la maladie chez ces personnes peut prendre des années.

Il est important de souligner que pour les personnes qui n’ont pas de prédisposition génétique à la MC (99 % aux États-Unis), l’exposition au gluten ne pose pas de problème de santé particulier.

Quels sont les principaux symptômes de la maladie coeliaque ?

La maladie coeliaque est une série progressive de changements dans la muqueuse de l’intestin grêle qui provoque plusieurs symptômes digestifs.

Les symptômes habituels de la MC sont notamment la diarrhée ou la constipation chronique, la stéatorrhée (une quantité anormale de graisses dans les selles), une distension abdominale ou des douleurs abdominales récurrentes, la nausée et/ou des vomissements. Ce dysfonctionnement des intestins s’accompagne de symptômes tels que l’anémie, des carences nutritionnelles, des troubles de la croissance, une perte de poids et des problèmes de densité osseuse (ostéoporose). Parmi les autres signes figurent la fatigue, l’irritabilité, des malaises, l’anorexie, des ulcères de la bouche, des maux de tête, des sautes d’humeur, la dépression et des douleurs. La MC est également liée à un risque accru de développer d’autres maladies comme des maladies auto-immunes, des maladies osseuses et des cancers.

Cette maladie est souvent mal diagnostiquée étant donné que d’autres troubles comme le syndrome de l’intestin irritable présentent des symptômes cliniques semblables.

Quels critères sont utilisés pour identifier une maladie coeliaque (MC) ?

Divers critères ont permis de diagnostiquer cette maladie chez des patients :

  • La réalisation d’une biopsie de l’intestin grêle sur des individus suivant un régime alimentaire contenant du gluten et l’observation d’une morphologie anormale de la muqueuse.
  • La disparition des symptômes cliniques chez des patients après des semaines ou des mois d’un régime alimentaire sans gluten confirme le diagnostic de la MC.
  • La réalisation d’un « test de provocation de gluten » et d’autres mesures et tests tels que le recours à des tests de dépistage des anticorps ont été proposés comme mesures complémentaires pour confirmer le diagnostic de la MC.

Les réactions des sujets aux tests de provocation varient grandement selon les sujets et peuvent être différentes entre des enfants et des adultes.

Quelles sont les doses journalières tolérables de gluten chez les sujets sensibles ?

Généralement, le niveau d’exposition qui protège les individus les plus sensibles contre la maladie coeliaque correspond à un niveau inférieur à 1 mg de gluten par kilo de denrées alimentaires (ou ppm). Ce niveau évite ainsi à la plupart des individus souffrant de la MC d’avoir des problèmes de santé.

Dans le cadre de cette évaluation des risques, les valeurs correspondant à un niveau d’exposition préoccupant au seigle et à l’orge sont considérées comme équivalentes à celles pour la consommation de blé.

Compte tenu du niveau élevé de variabilité entre les individus concernant la sensibilité et la réactivité au gluten, des facteurs d’incertitude différents de ceux utilisés pour cette estimation peuvent être justifiés pour garantir un niveau de protection suffisant des individus les plus sensibles au gluten.

L’intolérance au gluten a-t-elle d’autres effets sur la santé ?

Une autre maladie chronique liée à l’exposition au gluten est la dermatite herpétiforme (DH). Il s’agit d’une dermopathie auto-immune qui entraîne l’apparition de cloques prurigineuses en nombre élevé et de façon symétrique sur les faces d’extension des coudes et des genoux, ainsi que dans le bas du dos ou au niveau des fesses, du cuir chevelu à l’arrière de la tête et de la zone arrière du cou.

D’autres maladies sont également liées à la maladie coeliaque :

  • Les maladies auto-immunes : plusieurs maladies auto-immunes risquent davantage d’apparaître chez des patients souffrant de la MC que dans la population générale ;
  • Maladies osseuses : la MC s’accompagne souvent de maladies secondaires qui reflètent l’existence d’anomalies dans le métabolisme osseux ;
  • Cancers : certains cancers du système digestif apparaissent plus souvent chez des personnes souffrant de la MC ;

Les personnes souffrant de la MC ont un taux de mortalité plus élevé que la population générale, ce qui a été attribué aux liens entre la maladie coeliaque et le développement de maladies auto-immunes et/ou de cancers.

Comment traiter efficacement la maladie coeliaque (MC) ?

Le seul traitement efficace disponible à l’heure actuelle est un régime alimentaire sans gluten qui supprime de façon définitive le blé, le seigle et l’orge. Toutefois, il a été établi qu’il était difficile, voire impossible, de maintenir un régime alimentaire entièrement sans gluten. En général, un niveau de gluten dans les aliments inférieur à 1 mg de gluten/kg de denrées alimentaires (ou ppm) correspond au niveau auquel les personnes les plus sensibles ne présenteront aucun symptôme.

Parmi les graines de céréales considérées comme sûres pour les personnes souffrant de la maladie coeliaque figurent l’amarante, le sarrasin, le maïs, le foin de riz indien, les larmes de Job, le millet, le quinoa, le coracan, le riz, le sorgho, le teff et le riz sauvage.

Bien que le taux de guérison varie selon les individus, ce traitement s’accompagne d’une diminution des symptômes et de signes d’une meilleure qualité de vie. Si une personne souffrant de la MC et suivant un régime alimentaire sans gluten recommence à manger du gluten, alors les symptômes réapparaissent.


FacebookTwitterEmail
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video