Langues:
Accueil » Dioxyde d'azote » Niveau 1

Pollution de l'air Dioxyde d'azote

Dioxyde d'azote Page d'accueil

Contexte - En Europe, la pollution de l'air par le dioxyde d'azote (NO2) est due principalement au trafic routier et à la production d'énergie.

Outre la formation de pluie acide et d'autres polluants de l'air, les niveaux actuels de NO2 peuvent entraîner des effets sur la santé.

Comment et jusqu'à quel point?

La même information pour :
Particulate MatterOzone

Ce Dossier est un résumé fidèle de deux rapports scientifiques de consensus produits en 2003 et 2004 par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : " Health Aspects of Air Pollution with Particulate Matter, Ozone and Nitrogen Dioxide (2003)" et " Answer to follow-up questions from CAFE (2004)" Plus...

  • Source :OMS (2003 - 2004)
  • Résumé & Détails: GreenFacts

1. Qu’est-ce que le dioxyde d’azote (NO2) ?

Le dioxyde d’azote fait partie d’un groupe de polluants gazeux de l’air émanant du trafic routier et d’autres processus de combustion.

Sa présence dans l’air contribue à la formation et à la modification d’autres polluants de l’air, tels que l’ozone et les particules en suspension, ainsi qu’à la formation de pluie acide. Plus en anglais…

La même information pour :
Particulate Matter Ozone

2. Comment le dioxyde d’azote (NO2) nuit-t-il à la santé de l’homme ?

2.1 Les études sur les populations humaines indiquent que l’exposition à long terme au NO2, aux niveaux actuellement observés en Europe, peut réduire la fonction pulmonaire et accroître le risque de symptômes respiratoires tels que la bronchite aiguë, la toux et les glaires, en particulier chez les enfants. Bien que certaines études aient établi des liens entre l’exposition au NO2 et la mortalité, les preuves existantes ne sont pas suffisantes pour conclure que les effets sur la mortalité peuvent être liés à l’exposition à long terme au NO2 lui-même. (voir aussi le point 3.3). Plus en anglais…

2.2 Des études d’exposition humaine controlée ont démontré que le NO2 à lui seul entraîne des effets aigus sur la santé. Etant donné le lien complexe entre les concentrations dans l’air ambiant de NO2, de particules en suspension et d’ozone, les études sur les populations humaines n’ont pas été à même d’isoler les effets possibles du NO2. Plus en anglais…

2.3 Plusieurs études ont démontré que l’exposition au NO2 augmente les réactions allergiques aux pollens inhalés. Plus en anglais…

2.4 Les personnes asthmatiques et les enfants en général sont considérés comme étant plus vulnérables à l’exposition au NO2. Plus en anglais…

2.5 Il n’existe aucune preuve d’un seuil d’exposition au NO2 en-dessous duquel aucun effet sur la santé n’est attendu. Plus en anglais…

La même information pour :
Particulate Matter Ozone

3. Comment sommes-nous exposés au dioxyde d’azote NO2 ?

3.1 En Europe, la pollution de l’air par le NO2 est principalement causée par les véhicules à moteur et, dans certains endroits, par la production d’énergie. Plus en anglais…

3.2 L’exposition individuelle au NO2 dépend essentiellement des concentrations extérieures locales. Cependant, celle-ci peut aussi être influencée par certaines sources de pollution intérieures comme la fumée de tabac et les appareils de chauffage ou de cuisine non ventilés fonctionnant au gaz. Plus en anglais…

3.3 Les populations vivant près de routes à grande circulation sont particulièrement touchées par la pollution par le NO2. Des études ont montré que les pics d’exposition à court terme peuvent augmenter les réactions allergiques respiratoires. Bien que des études aient établi des liens entre l’exposition au NO2 et la mortalité, les preuves existantes ne sont pas suffisantes pour conclure que les effets sur la mortalité peuvent être attribués à l’exposition à long terme au NO2 à elle seule (voir aussi 2.1).

La carte ci-dessous montre les régions où le trafic routier et l’utilisation de combustibles contribuent à la pollution de l’air par le NO2. Elle indique la concentration moyenne de dioxyde d’azote (NO2) au niveau du sol entre janvier 2003 et juin 2004 telle que mesurée par satellite. Plus en anglais…

La même information pour :
Particulate Matter Ozone

4. Les lignes directrices sur le NO2 doivent-elles être reconsidérées ?

4.1 Aucune réduction significative des concentrations de NO2 dans l’air ambiant n’a été observée. Par conséquent, on ne sait pas quels effets pourraient avoir de telles réductions sur la santé publique. Plus en anglais…

4.2 Au moment d’établir des lignes directrices pour protéger la santé humaine, il convient de prendre en compte les concentrations moyennes de NO2 tant à court terme (1 heure ou 1 jour) qu’à long terme (1 an). Plus en anglais…

4.3 Les valeurs guide actuelles de l’OMS pour le NO2 couvrent déjà tant l’exposition à court terme aux pics d’émission que l’exposition à long terme au cours de l’année. Toutefois, des effets néfastes ont été observés pour une fourchette d’expositions qui comprend l’actuelle valeur guide annuelle de l’OMS. Il est donc recommandé de maintenir ou d’abaisser cette valeur guide. Plus en anglais…

La même information pour :
Particulate Matter Ozone

5. Quelles sont les incertitudes liées à ce dossier ?

5.1 Il existe des incertitudes liées à certaines lacunes dans nos connaissances sur la pollution de l’air et les effets sur la santé qui en découlent. Dans ce dossier, les incertitudes ont été prises en compte mais n’ont pas pu être quantifiées pour toutes les réponses. Il a été souligné que, en accord avec le principe de précaution, les incertitudes ne devraient pas constituer une raison pour ne pas agir si les risques potentiels sont élevés et si les mesures permettant de réduire ces risques sont disponibles à un coût raisonnable. Plus en anglais…

Exemples d’incertitudes liées à ce dossier :

5.2 Un biais de publication peut avoir lieu quand seuls certains types de résultats sont publiés. Par exemple, des résultats qui montrent des effets importants et statistiquement significatifs sont plus facilement publiés. Plus en anglais…

5.3 Des incertitudes peuvent apparaître lorsque les résultats des études expérimentales et des études sur des populations humaines ne vont pas dans le même sens. Ils peuvent par exemple diverger sur l’existence (ou non) de seuils en-dessous desquels l’ozone ou les particules en suspension (PM) n’ont pas d’effets. Plus en anglais…

5.4 Pour les particules en suspension, des incertitudes demeurent par rapport à la contribution exacte des différentes sources de pollution aux effets sur la santé, ainsi que par rapport à la contribution exacte des différents composants des particules en suspension. Plus en anglais…

5.5 Certaines incertitudes apparaissent dans ce dossier lorsque les résultats sont analysés au moyen de différentes méthodes statistiques. Néanmoins, les liens entre la pollution de l’air et la santé ressortent toujours, quelle que soit la méthode d’analyse utilisée. Plus en anglais…

5.6 Il existe des incertitudes liées aux différences régionales en matière d’effets de la pollution de l’air qui sont dues aux variations en termes de caractéristiques des populations, des environnements et des mélanges de polluants. Plus en anglais…

6. Certains groupes de populations sont-ils particulièrement vulnérables ?

Les groupes de populations potentiellement plus vulnérables aux effets des polluants de l’air sont :

  • ceux qui, par nature, sont plus sensibles aux polluants de l’air, par exemple les personnes ayant une prédisposition génétique ainsi que les fœtus et les nourrissons,
  • ceux qui développent une plus grande sensibilité en raison de leur âge avancé, de certaines maladies, ou de facteurs environnementaux et socio-économiques, et
  • ceux qui sont exposés à de quantités anormalement élevés de polluants de l’air.

Plus en anglais…

7. Conclusions Générales

7.1 Il se peut que le concept de seuils ne soit pas utile lorsqu’il s’agit d’établir des normes pour protéger la santé publique des effets des polluants de l’air, étant donné que certains groupes de populations sont très sensibles et que des effets sont observés même à de faibles niveaux. Des analyses supplémentaires de données et une surveillance plus complète sont nécessaires pour permettre le développement de stratégies efficaces de réduction des risques basées sur les connaissances qualitatives et quantitatives. Plus en anglais…

7.2 Outre les polluants étudiés dans ce dossier, d’autres aspects de la pollution de l’air devraient également être abordés au moment de développer une politique sur la pollution de l’air en Europe. D’autres polluants de l’air qu’il conviendrait d’examiner comprennent le monoxyde de carbone (CO) , le dioxyde de soufre (SO2), les polluants organiques persistants (POP), certains métaux, certains composés organiques volatils et le trichlorure d’azote. Les effets combinés des mélanges de polluants présents dans l’air des villes est également un sujet important à traiter. Plus en anglais…

7.3 Ces quelques dernières années, les preuves que la pollution de l’air - aux niveaux actuellement habituels en Europe - ont des effets sur la santé se sont accumulées. Les preuves sont suffisantes pour recommander davantage d’actions politiques afin de réduire les émissions de particules, d’ozone et de dioxyde d’azote. Plus en anglais…


FacebookTwitterEmailTelecharger (5 pages, 0.2 MB)
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video