Langues:
Accueil » Agriculture » Niveau 2 » Question 6

Agriculture et le développement

6. Comment l’agriculture peut-elle faire meilleur usage des ressources naturelles ?

    La présente Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement (IAASTD) dit :

    Les ressources naturelles doivent être utilisées de manière durable

    Les ressources naturelles doivent être utilisées de manière durable
    © Millennium Assessment

    Gestion des ressources naturelles

    6.1 Les ressources naturelles, notamment celles qui contribuent à la diversité des ressources pédologiques, hydriques, végétales et animales, le couvert végétal, les sources d’énergie renouvelables, le climat et les services écosystémiques, sont d’une importance fondamentale pour la structure et la fonction des systèmes agricoles et pour la viabilité sociale et environnementale, car elles aident à maintenir la vie sur terre. Dans le passé, le développement agricole mondial a été principalement centré sur les gains de productivité au lieu d’intégrer la gestion des ressources naturelles à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il est préférable de suivre une approche holistique ou systémique, de manière à tenir compte des difficultés associées à la complexité des systèmes de production alimentaire et d’autres systèmes de production dans différentes zones écologiques, régions et cultures.

    Souvent, il existe des AKST pour résoudre les problèmes d’exploitation des ressources naturelles, telles que l’atténuation du problème d’infertilité des sols par des processus naturels et des intrants synthétiques, qui sont bien comprises. Cela étant, les problèmes des ressources naturelles ne pourront être réglés que si les parties prenantes ayant une formation, des compétences et des priorités différentes adoptent des approches nouvelles et ingénieuses. On ne tire pas assez parti des possibilités de collaboration à différents niveaux et dans différents contextes sociaux et environnementaux. Il existe peu d’exemples d’apprentissage mutuel entre agriculteurs, et chercheurs ou décideurs. Les agriculteurs et les membres de la société civile ont donc rarement l’occasion de participer à l’élaboration des politiques de gestion des ressources naturelles. Les partenariats qui viennent d’être mis en place au niveau local avec le secteur privé, représentent une option prometteuse.

    Les mesures suivantes sont proposées comme des priorités en matière de gestion des ressources naturelles :

    6.2 Utiliser les AKST existantes pour s’attaquer aux causes sous-jacentes de la baisse de la productivité liée à la mauvaise gestion des ressources naturelles, et créer de nouvelles AKST sur la base d’approches multidisciplinaires afin de mieux cerner la complexité de la gestion des ressources naturelles. Il faudra pour cela trouver des moyens économiques pour suivre les tendances d’utilisation des ressources naturelles.

    6.3 Accroître les ressources humaines pour soutenir le capital naturel en investissant davantage dans la recherche, la formation et l’éducation, les partenariats et la formulation de politiques, et attirer l’attention sur les coûts sociaux de la dégradation et la valeur des services écosystémiques.

    6.4 Promouvoir les centres d’excellence sur les AKST au service de la gestion des ressources naturelles pour encourager une exploitation plus rationnelle des ressources et formuler de meilleures stratégies d’amélioration des capacités de régénération, de préservation et de renouvellement des ressources dans le cadre de processus d’apprentissage mutuelle dans les domaines de la recherche-développement, du suivi et de l’élaboration de politiques.

    6.5 Créer les conditions nécessaires pour renforcer les capacités de gestion des ressources naturelles et permettre aux parties prenantes et à leurs organisations de mieux comprendre en quoi consiste la gestion des ressources naturelles, de façon à formuler une politique de gestion en partenariat avec les secteurs public et privé.

    6.6 Concilier mondialisation et localisation en établissant un lien entre les connaissances et les innovations locales en matière de gestion des ressources naturelles et les AKST générées dans les secteurs public et privé.

    6.7 Créer des réseaux de professionnels des AKST (organisations paysannes, ONG, gouvernements, secteur privé) pour faciliter la gestion efficace à long terme des ressources naturelles de manière à en tirer meilleur parti pour le bien de tous.

    6.8 Lorsque les AKST sont conçues et utilisées de manière créative avec la participation active de multiples intervenants à différents niveaux, il est possible de mettre fin à la surexploitation des ressources naturelles et de tirer parti des ressources hydriques et pédologiques, de la diversité biologique, des services écosystémiques, des combustibles fossiles et de la qualité de l’air, en les préservant pour les générations futures.

    Note de bas de page : Les méthodes traditionnelles de capture et la foresterie n’ont pas été autant couvertes que d’autres aspects de la gestion des ressources naturelles

    Source & ©: IAASTD,  Résumé du Rapport de Synthèse, p.21-22


    FacebookTwitterEmail
    Agriculture foldout
    Thèmes
    Publications A-Z
    Dépliants