Langues:
Accueil » Agriculture » Niveau 2 » Question 4

Agriculture et le développement

4. En quoi le changement climatique menace-t-il l’agriculture ?

    La présente Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement (IAASTD) dit :

    Changements climatiques

    4.1 Alors que la demande de produits alimentaires, de fourrages, de fibres et de combustibles ne cesse d’augmenter, les changements climatiques risquent de dégrader irrémédiablement le stock de ressources naturelles dont dépend l’agriculture. La relation entre changements climatiques et agriculture est à double sens : l’agriculture contribue à maints égards aux changements climatiques, et les changements climatiques ont généralement des répercussions négatives sur l’agriculture.

    Aux latitudes moyennes à élevées, un accroissement modéré des températures locales peut avoir un léger effet favorable sur les rendements agricoles ; aux latitudes faibles, l’effet est le plus souvent négatif. Certains effets négatifs se font déjà sentir dans de nombreuses régions du monde ; la poursuite du réchauffement planétaire aura des répercussions de plus en plus lourdes dans toutes les régions. Le manque d’eau et la répartition de la pluviométrie dans le temps créeront des contraintes de production grandissantes. Les changements climatiques imposeront un réexamen de la question du stockage de l’eau pour faire face aux effets de régimes de précipitations de plus en plus extrêmes, des variations intra et inter-saisonnières grandissantes et de l’accroissement des taux d’évapotranspiration dans tous les types d’écosystèmes. Les phénomènes météorologiques extrêmes (inondations et sécheresses) se multiplient et leur fréquence et leur gravité risquent d’augmenter, ce qui aura des conséquences graves pour la production alimentaire et forestière et la sécurité alimentaire dans toutes les régions. On peut par exemple s’attendre à des conflits au sujet des terres habitables et des ressources naturelles comme l’eau douce. Les changements climatiques ont un impact sur la répartition des plantes, des espèces envahissantes, des ennemis des cultures et des vecteurs de maladies, et la couverture géographique et l’incidence de nombreuses maladies touchant les êtres humains, les animaux et les plantes risquent d’augmenter

    4.2 Il convient de suivre une approche globale et de définir un cadre réglementaire équitable, des responsabilités différenciées et des objectifs intermédiaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Plus les émissions seront réduites rapidement et radicalement, plus les concentrations pourront être stabilisées rapidement. Les mesures de réduction des émissions sont d’une importance critique car elles peuvent avoir un impact du fait de l’inertie du système climatique. Cependant, comme les changements climatiques se poursuivront inévitablement, il est également impératif de prendre des mesures d’adaptation. Les actions menées pour faire face aux changements climatiques et promouvoir le développement durable doivent également répondre à des objectifs importants tels que l’accès aux ressources et aux technologies appropriées dans des conditions d’équité.

    Certaines options d’atténuation des effets avantageuses pour tous ont déjà été identifiées. Citons par exemple des méthodes d’utilisation des sols telles que le ralentissement de la mise en culture des habitats naturels, le boisement, le reboisement, des efforts accrus pour éviter la déforestation, l’agroforesterie, les systèmes agroécologiques ainsi que la régénération des sols et des zones de parcours sous-utilisés ou dégradés, et des options d’utilisation du sol telles que la séquestration du carbone dans les sols agricoles, la réduction et l’utilisation plus rationnelle des intrants azotés ; la gestion rationnelle du fumier et l’utilisation d’aliments du bétail qui améliorent la digestion. S’agissant de la réglementation et des possibilités d’investir, on pourrait offrir des incitations financières pour préserver et accroître la superficie des zones forestières en réduisant le déboisement et la dégradation des forêts et en améliorant leur gestion, et développer et exploiter les sources d’énergie renouvelables. Le système post-2012 doit inclure toutes les activités agricoles, telles que la réduction des émissions liées au déboisement et à la dégradation des sols, pour tirer pleinement parti des possibilités offertes par l’agriculture et la foresterie.

    Source & ©: IAASTD,  Résumé du Rapport de Synthèse, p. 18-19


    FacebookTwitterEmail
    Agriculture foldout
    Thèmes
    Publications A-Z
    Dépliants