Langues:
Accueil » Agriculture » Niveau 1

Agriculture et le développement

Agriculture Page d'accueil

Contexte - L'agriculture est étroitement liée à de nombreuses préoccupations, notamment la perte de biodiversité, le réchauffement de la planète et la disponibilité en eau. Malgré une augmentation importante de la productivité, la malnutrition et la pauvreté sévissent encore dans de nombreuses régions du monde.

La présente Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement (IAASTD) se penche sur la façon de mieux utiliser les sciences, connaissances et technologies agricoles afin de réduire la pauvreté et la faim dans le monde, d’améliorer les moyens d'existence en milieu rural et de favoriser un développement équitable et durable.

Ce Dossier est un résumé fidèle du rapport scientifique produit en 2008 par L'Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement (IAASTD) : " Rapport de synthèse de l'Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement" Plus...

  • Source :IAASTD (2008)
  • Résumé & Détails: GreenFacts

1. A quels défis l’agriculture fait-elle face aujourd’hui ?

Champ de blé

Champ de blé © Lars Sundström

Depuis des décennies, les sciences agricoles ont essentiellement cherché à augmenter la production par le développement de nouvelles technologies. Cela s’est traduit par d'énormes gains en termes de rendement ainsi que par une réduction des coûts de l’agriculture à grande échelle. Mais cette réussite a coûté cher à l’environnement. De plus, cela n’a pas résolu les problèmes sociaux et économiques des populations pauvres dans les pays en voie de développement, lesquelles ont généralement moins profité de l’essor de la production.

Le monde d'aujourd'hui connaît un développement inégal et souffre de l'utilisation non durable des ressources naturelles, de l'aggravation des conséquences du changement climatique et d’une pauvreté et d’une malnutrition persistantes. Une alimentation de mauvaise qualité et peu équilibrée est en partie responsable de l'augmentation de maladies chroniques comme l'obésité et les maladies cardiaques. L'agriculture est étroitement liée à ces préoccupations, de même qu’à la perte de biodiversité, au réchauffement climatique et à la disponibilité en eau.

L’Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement (IAASTD) se penche sur l'agriculture en tant que source de nourriture, de santé, de services environnementaux et d’une croissance économique à la fois durable et socialement équitable. Cette évaluation reconnaît la diversité des écosystèmes agricoles et des conditions socioculturelles locales.

Il est temps de revoir radicalement comment les connaissances, sciences et technologies agricoles peuvent contribuer à un développement plus équitable et durable. L'accent doit porter sur les besoins des petites exploitations agricoles dans des écosystèmes diversifiés et sur les régions où les besoins sont les plus grands. Il s'agit d'améliorer les moyens d'existence ruraux, de donner plus de poids aux acteurs marginalisés, de préserver les ressources naturelles, de mieux faire fructifier les écosystèmes, de prendre en compte diverses formes de savoir et de garantir aux produits agricoles un accès équitable au marché. Plus…

2. Quels sont les avantages et inconvénients de la bioénergie ?

La bioénergie désigne la chaleur, l'électricité ou les carburants produits à partir de matières végétales ou animales. Des millions de personnes dépendent encore de sources traditionnelles de bioénergie, comme le bois ou le charbon, pour cuisiner et se chauffer, ce qui peut être non durable et dangereux pour la santé.

Dans de nombreux pays développés, l'augmentation du prix des combustibles fossiles et les préoccupations liées à la sécurité énergétique et au changement climatique génèrent un intérêt nouveau pour d'autres formes de bioénergie. Par exemple, on fabrique de nouveaux biocarburants liquides à partir de cultures ou de déchets agricoles et forestiers. Cependant, il faut de l'énergie pour faire pousser, transporter et transformer ces cultures, ce qui provoque d’importantes controverses sur leur capacité à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Une autre préoccupation majeure est que l'utilisation des terres agricoles pour produire des biocarburants pourrait faire grimper le prix des aliments, chasser des petits paysans de leurs terres et prolonger la faim dans le monde.

On peut également produire de l'électricité et de la chaleur à partir de résidus végétaux et animaux, soit en les brûlant directement, soit en les transformant en biogaz à brûler. Ces sources d'énergie renouvelables émettent en général moins de gaz à effet de serre que d’autres combustibles. Elles peuvent être une bonne solution, notamment dans des endroits dépourvus d’accès au réseau électrique.

Les décideurs devraient comparer tout type de bioénergie aux autres énergies durables et sous-peser les bénéfices potentiels par rapport aux coûts sociaux, environnementaux et économiques. Dans ce contexte, les conditions locales jouent un rôle déterminant. Plus…

3. Les biotechnologies peuvent-elles contribuer à satisfaire la demande en nourriture ?

Les biotechnologies sont déjà largement utilisées en
                                    agriculture

Les biotechnologies sont déjà largement utilisées en agriculture Source: www.irri.org 

Les biotechnologies sont des techniques qui utilisent des organismes vivants pour créer ou modifier un produit. Certaines biotechnologies conventionnelles sont bien acceptées, comme la fermentation pour la production de pain ou d'alcool, ou les croisements de plantes ou d’animaux pour créer des variétés aux caractéristiques ou rendements améliorés.

Les biotechnologies modernes changent le code génétique d’organismes vivants en utilisant une technique appelée modification génétique. Ces technologies sont largement utilisées dans des applications industrielles comme la production d’enzymes.

D'autres applications restent controversées, comme l'utilisation de plantes génétiquement modifiées (OGM) que l’on crée en insérant des gènes provenant d'autres organismes. Certaines cultures OGM peuvent donner des rendements plus élevés à certains endroits et plus faibles à d'autres. Etant donné la rapidité avec laquelle se développent de nouvelles techniques, l’évaluation à long terme des avantages et inconvénients environnementaux et sanitaires tendent à prendre du retard sur les découvertes, ce qui accroît les spéculations et incertitudes.

La possibilité de faire breveter les modifications génétiques peut attirer des investissements dans la recherche agricole. Mais cela tend également à concentrer la propriété des ressources, à faire grimper les coûts, à entraver les recherches indépendantes et à nuire aux pratiques agricoles locales très importantes dans les pays en voie de développement comme la conservation des semences. Cela pourrait également engendrer de nouvelles responsabilités, par exemple si une plante génétiquement modifiée se propage aux exploitations agricoles voisines.

De nombreux problèmes pourraient être résolus si les biotechnologies se focalisaient sur des priorités locales déterminées par des processus transparents impliquant l'ensemble des parties prenantes. Plus…

4. En quoi le changement climatique menace-t-il l’agriculture ?

L'agriculture a contribué à bien des égards au changement climatique, par exemple par la conversion des forêts en terres agricoles et par l’émission de gaz à effet de serre. Inversement, le changement climatique menace aujourd’hui de provoquer des dommages irréversibles aux ressources naturelles dont dépend l'agriculture.

Les effets du réchauffement climatique sont déjà visibles en de nombreux endroits de la planète. Dans certaines régions, un réchauffement modéré pourrait améliorer le rendement des cultures. Mais, globalement, les impacts négatifs seront de plus en plus prépondérants. Les inondations et sécheresses se font de plus en plus fréquentes et graves. Il est probable que cela ait de lourdes répercussions sur la productivité agricole et les ressources des communautés rurales et que cela augmente le risque de conflits pour les terres et l'eau. Par ailleurs, le changement climatique favorise la propagation d’organismes nuisibles et d’espèces envahissantes et peut accroître la portée géographique de certaines maladies.

Certaines approches de la gestion des terres peuvent contribuer à atténuer le réchauffement de la planète, par exemple la plantation d'arbres, la restauration de terres dégradées, la conservation d’habitats naturels et l'amélioration de la gestion des sols et de leur fertilité. Les options politiques comprennent des incitants financiers pour planter des arbres, réduire la déforestation et développer des sources d'énergie renouvelable. L’agriculture et l’activité rurale doivent être intégrées dans les futurs accords internationaux sur le changement climatique. Toutefois, puisque certains changements climatiques sont désormais inévitables, des mesures d'adaptation sont également indispensables. Plus…

5. Comment la production alimentaire influe-t-elle sur la santé ?

Bien que la production alimentaire ait augmenté au cours des dernières décennies, de nombreuses personnes souffrent toujours de malnutrition, un problème responsable de 15% des maladies dans le monde. De nombreuses populations souffrent encore de carences en protéines, en vitamines et en micronutriments. En même temps, l'obésité et les maladies chroniques sont en augmentation un peu partout dans le monde car de nombreuses personnes mangent trop d’aliments inadéquats. Les recherches et politiques agricoles devraient viser à augmenter la diversité alimentaire, améliorer la qualité des aliments et promouvoir une meilleure transformation, préservation et distribution des aliments.

Le commerce mondial et la sensibilisation des consommateurs ont rendu d’autant plus nécessaires la mise en place de systèmes de sécurité alimentaire proactifs. Les préoccupations pour la santé portent notamment sur la présence dans les aliments de pesticides, métaux lourds, hormones, antibiotiques et additifs, ainsi que sur les risques liés à l'élevage à grande échelle.

Chaque année, l'agriculture provoque au moins 170 000 accidents de travail mortels dans le monde. Un grand nombre est dû aux machines agricoles telles que tracteurs et moissonneuses. Parmi les autres menaces importantes pour la santé des travailleurs agricoles : le bruit, les maladies animales transmissibles et l'exposition à des substances toxiques comme des pesticides.

L'agriculture peut contribuer à l'apparition et à la propagation de maladies infectieuses. Par conséquent, des programmes robustes de surveillance, de détection et d’intervention sont essentiels tout au long de la chaîne alimentaire. Plus…

6. Comment l’agriculture peut-elle faire meilleur usage des ressources naturelles ?

Les ressources naturelles doivent être utilisées de manière
                                    durable

Les ressources naturelles doivent être utilisées de manière durable © Millennium Assessment

Traditionnellement, le développement agricole a visé l'accroissement de la productivité et l'exploitation des ressources naturelles sans tenir compte des interactions complexes entre les activités agricoles, les écosystèmes locaux et la société.

Ces interactions doivent être prises en compte pour permettre une utilisation durable de ressources comme l'eau, le sol, la biodiversité et les combustibles fossiles. Beaucoup des connaissances, sciences et technologies agricoles nécessaires pour résoudre les défis actuels existent et sont bien comprises, mais leur mise en pratique requiert des efforts de créativité de toutes les parties prenantes.

Les sciences et technologies agricoles existantes peuvent remédier à certaines des causes sous-jacentes du déclin de la productivité. Mais il faut des progrès supplémentaires basés sur une approche multidisciplinaire, en commençant par un suivi renforcé de l’utilisation des ressources naturelles. Les autres actions possibles consistent notamment à accroître la recherche sur l’utilisation responsable des ressources naturelles et à sensibiliser la population à l’importance de ces ressources. Plus…

7. Pourquoi les petits agriculteurs ont-ils peu profité de la mondialisation du commerce ?

Marché local à Pisar, Pérou

Marché local à Pisar, Pérou © Eva Schuster

Les petits agriculteurs et les communautés rurales dans les pays en voie de développement n'ont bien souvent pas bénéficié des opportunités que le commerce agricole peut offrir. Une ouverture prématurée des marchés agricoles à la concurrence internationale peut affaiblir davantage le secteur agricole d'un pays en voie de développement, entraînant à long terme plus de pauvreté, de famine et de dégradation environnementale.

Des réformes commerciales pourraient rendre les relations plus équitables. Les pays en voie de développement profiteraient de changements clés tels que la levée des barrières douanières sur les produits pour lesquels ils ont un avantage concurrentiel, la baisse des droits de douane sur les importations de produits transformés et l’amélioration de leur accès aux marchés d'exportation.

La capacité des pays en voie de développement à analyser et à négocier des accords commerciaux doit être renforcée afin que les décisions concernant le secteur agricole soient meilleures et plus transparentes.

L'empreinte écologique de l'agriculture pourrait être réduite en adaptant les règles du marché, par exemple en supprimant les subventions préjudiciables à l’environnement, en modifiant les politiques fiscales et en améliorant les lois sur la propriété. Plus…

8. Les connaissances traditionnelles peuvent-elles profiter à l’agriculture ?

Bon nombre d’innovations efficaces sont développées au niveau local, sur base des connaissances et compétences des communautés locales plutôt que sur base de la recherche scientifique formelle. Les agriculteurs traditionnels incarnent des modes de vie propices à la conservation de la biodiversité et au développement rural durable.

Les connaissances locales et traditionnelles se sont développées avec succès dans plusieurs domaines de l'agriculture, par exemple dans la domestication d’arbres sauvages, le croisement et la sélection de plantes ainsi que la gestion du sol et de l'eau. Les scientifiques devraient travailler plus étroitement avec les communautés locales ; les pratiques traditionnelles devraient occuper une place plus importante dans l'enseignement des sciences. Des efforts sont nécessaires pour archiver et évaluer les connaissances des populations locales et pour protéger celles-ci par des lois internationales de propriété intellectuelle plus justes. Plus…

9. Quel est le rôle des femmes dans l’agriculture et le développement ?

La mondialisation et la sensibilisation à l’environnement et au développement durable sont en train de redéfinir la relation des femmes à l'agriculture et au développement.

La proportion de femmes qui participent à des activités agricoles varie de 20% à 70%, un chiffre qui est en augmentation dans de nombreux pays en voie de développement, surtout ceux dont l'agriculture est axée vers l'exportation.

Bien que la situation se soit quelque peu améliorée à certains égards, les femmes continuent de faire face à de faibles revenus, à un accès limité à l'éducation, au crédit et à la terre, à l'insécurité de l'emploi et à la détérioration des conditions de travail. La concurrence croissante a stimulé la demande pour une main d’œuvre souple et bon marché et les conflits pour l'accès aux ressources naturelles ont aggravé la situation. Les ménages ruraux pauvres sont de plus en plus menacés par des catastrophes naturelles, des changements environnementaux et des risques pour la santé et la sécurité, et ce alors que les aides gouvernementales diminuent. Plus…

10. Conclusion : Quelles sont les possibilités d’action ?

Une agriculture durable maintient la productivité tout en
                                    protégeant les ressources naturelles.

© Alicia Jo McMahan

10.1 Un meilleur accès à la connaissance, à la technologie et au crédit et, surtout, un pouvoir politique accru et de meilleures infrastructures seraient propices aux petits agriculteurs. Ils ont besoin de lois qui leur garantissent l'accès à la terre et aux ressources naturelles, ainsi que des droits de propriété intellectuelle équitables. Plus…

10.2 Garantir la sécurité alimentaire ne consiste pas juste à produire suffisamment de nourriture : celle-ci doit également être disponible pour ceux qui en ont besoin. Les actions politiques pouvant améliorer l'accès aux aliments comprennent notamment la réduction des coûts de transaction pour les petits producteurs, la consolidation des marchés locaux et l'amélioration de la sécurité et de la qualité alimentaires. Des systèmes de surveillance sont nécessaires au niveau mondial pour réagir aux brusques variations de prix et aux phénomènes météorologiques extrêmes qui pourraient entraîner pénuries alimentaires et famines. Plus…

10.3 Une agriculture durable est celle qui maintient la productivité tout en protégeant les ressources naturelles.

Parmi les actions possibles, on peut citer l'amélioration des pratiques à faible impact telles que l'agriculture biologique, ainsi que des mesures incitatives pour favoriser une gestion durable de l'eau, du bétail, des forêts et des stocks de poisson. La science et la technologie devraient assurer que non seulement l'agriculture fournisse de la nourriture, mais qu’en plus elle remplisse des fonctions environnementales, sociales et économiques, comme atténuer le changement climatique et préserver la biodiversité. Les décideurs pourraient mettre fin aux subventions encourageant des pratiques non durables et adopter des mesures incitant à une gestion durable des ressources naturelles. Plus…

10.4 La santé humaine peut être améliorée par des efforts visant à diversifier les régimes alimentaires et à améliorer leur valeur nutritive, par des avancées technologiques dans le traitement, la conservation et la distribution des produits alimentaires, et par de meilleurs systèmes et politiques de santé.

La sécurité alimentaire peut être renforcée en investissant dans les infrastructures, la santé publique et la capacité vétérinaire, ainsi qu’en élaborant des cadres juridiques pour maîtriser les dangers biologiques et chimiques. Les risques pour la santé des travailleurs peuvent être réduits en faisant respecter les règlements sanitaires et de sécurité. La propagation de maladies infectieuses comme la grippe aviaire peut être limitée par une meilleure coordination tout au long de la chaîne alimentaire. Plus…

10.5 Pour une plus grande équité dans l'agriculture, il faut investir afin d’amener technologie et éducation dans les zones rurales. Un accès équitable à la terre et à l'eau est indispensable. Les parties prenantes devraient pouvoir influencer les décisions concernant l'utilisation et la gestion des ressources naturelles, l'accès à la terre, au crédit et aux marchés, les droits de propriété intellectuelle, les priorités commerciales et la protection de l'environnement rural. Mais par-dessus tout, les agriculteurs doivent être récompensés pour leur travail par des prix justes et équitables pour leurs produits. Plus…


FacebookTwitterEmailTelecharger (6 pages, 1.0 MB)
 foldout
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants