Langues:

Perturbateurs Endocriniens

4. Les SAE ont-elles des effets sur la santé humaine ?

  • 4.1 Quels sont les effets possibles sur la reproduction des humains ?
  • 4.2 Quels autres effets les SAE peuvent-elles avoir ?
  • 4.3 Les SAE sont-elles à l'origine de cancers ?
  • 4.4 Quels autres facteurs doit-on envisager par rapport à la santé ?

Pour le moment, il n'y a pas de preuves probantes que les SAE dans l'environnement sont à l'origine de problèmes de santé à de faibles niveaux d'exposition. Cependant, de fortes concentrations de substances peuvent nuire à la santé en interférant avec le système endocrinien, suscitant des inquiétudes sur les effets néfastes possibles des SAE. En raison de la fréquence accrue de certaines maladies de l'appareil génital masculin et féminin, la question se pose également de savoir si l'exposition aux SAE pourrait en être la cause. Il est encore plus difficile pour les chercheurs qui tentent de comparer et d'intégrer des données de différentes sources d'obtenir des preuves concluantes sur ce qui se passe dans l'ensemble. En effet, les données sur les tendances concernant la santé humaine ont été collectées à divers moments, souvent par différentes méthodes et dans des conditions variables.

Un autre problème essentiel concerne le manque d'information sur l'exposition aux SAE au cours des périodes critiques du développement précoce des humains influant sur le fonctionnement ultérieur de son organisme. De plus, la quantité d'hormones que nous sécrétons naturellement – et l'ampleur de leurs effets – dans l'organisme dépasse généralement celle des substances exogènes. Cependant, en tenant compte de l'influence connue des hormones endogènes et exogènes sur de nombreux processus, il semble fort plausible, d'un point de vue biologique, que l'exposition aux SAE puisse avoir des effets néfastes sur certaines fonctions physiologiques (notamment les systèmes de développement et de reproduction). Par conséquent, malgré les difficultés et les incertitudes, le rôle possible de l'exposition aux SAE par rapport aux effets néfastes sur les humains reste un sujet de préoccupation. Les exemples du point 4.1 illustrent ces préoccupations. Plus en anglais…

4.1 Quels sont les effets possibles sur la reproduction des humains ?

4.1.1 Effets sur la reproduction:

  • Qualité du sperme : Certaines études indiquent une diminution dans plusieurs pays (depuis les années 1930) de la qualité du sperme, c-à-d le nombre de spermatozoïdes, la proportion de spermatozoïdes normaux et le volume séminal, ce qui pourrait influer sur la fertilité. Cependant, ces résultats ne font pas l'unanimité. Ainsi, plusieurs études réfutent cette tendance à la baisse de la qualité du sperme humain. Même s'il n'y a pas de diminution mondiale de la qualité du sperme, elle connaît de nettes variations tant au sein des pays qu'entre eux. En se fondant sur les connaissances du développement et du fonctionnement des testicules, il est plausible que les substances à action endocrine puissent influer sur la qualité du sperme. Cependant, pour l'instant, aucune recherche n'a étudié le lien entre l'exposition à des substances à action endocrine et la qualité du sperme.
  • Fertilité: Des études sur des animaux de laboratoire et sur des humains ont indiqué qu'une exposition environnementale ou professionnelle à de hautes concentrations de substances, comme les pesticides et les BPC, peut nuire à la fertilité et augmenter le nombre d'avortements spontanés. Cependant, tout lien avec la perturbation endocrinienne reste spéculatif.
  • Sex-ratio: Dans certaines régions et pays, on constate moins de naissances de garçons que de filles. Certaines observations indiquent que des influences externes non-identifiées sont associées à ces changements, mais on ignore si les perturbateurs endocriniens sont impliqués.
  • Anomalies de l'appareil reproducteur masculin: on constate un nombre croissant d'anomalies congénitales des organes sexuels masculins. Les anomalies sont la cryptorchidie, les testicules restant dans la région abdominale au lieu de descendre, et l'hypospadias, ouverture anormale se situant sous le pénis plutôt qu'à son extrémité. Aucune recherche n'a étudié le rôle possible de l'exposition aux SAE par rapport à ces malformations humaines. Cependant, des études sur des animaux de laboratoire indiquent clairement qu'un certain nombre de SAE peuvent perturber le développement de l'appareil génital masculin.

Plus en anglais…

4.1.2 Endométriose: une maladie touchant les femmes, où le tissu utérin se développe dans des parties de l'abdomen autres que l'utérus, qui est à l'origine de douleurs et de stérilité, et aggravée par les oestrogènes. Certains rapports ont établi un lien entre le développement de l'endométriose chez les femmes et l'exposition à des SAE comme les dioxines, mais ces résultats sont discutables. Plus en anglais…

4.1.3 Puberté précoce: Des études ont suscité des inquiétudes concernant l'influence possible des SAE sur le moment de la puberté ou le processus de maturation sexuelle. Ainsi, des études sur la population indiquent que la puberté survient plus tôt, mais les raisons de cette puberté précoce, ainsi que le rôle d'autres facteurs comme la nutrition, doivent être éclaircis. Plus en anglais…

4.2 Quels autres effets les SAE peuvent-elles avoir ?

4.2.1 Fonction neurologique: Les résultats d'études sur des animaux de laboratoire et des humains indiquent clairement que l'exposition à des substances à action endocrine (SAE) comme les BPC – surtout avant la naissance– peut nuire au système nerveux, à la fonction neuro-endocrine et au comportement. Certains effets néfastes semblent être le résultat de troubles de la fonction thyroidienne ou de l'action des substances assurant la transmission de messages entre les cellules nerveuses. Cependant, dans la plupart des cas, il n'a pas été démontré que ces effets sont dus à la perturbation endocrinienne. L'exposition à des substances qui influent sur le développement neurologique, mais n'ont pas d'action connue sur le système endocrinien, peut également provoquer des effets similaires. Plus en anglais…

4.2.2 Fonction immunitaire: Le système immunitaire contribue à lutter contre les infections et les réactions allergiques. L'exposition à des substances dans l'environnement – dont certaines SAE, comme le DES, puissant oestrogène de synthèse, ou les BPC et les dioxines – s'est avérée modifier l'immunité des animaux et des humains, sans que l'on sache clairement si cela se produit par le biais de la perturbation endocrinienne. Plus en anglais…

4.3 Les SAE sont-elles à l'origine de cancers ?

4.3.1 Cancer: On a observé dans beaucoup de pays industrialisés une fréquence accrue de certains cancers, touchant des parties du corps vulnérables d'un point de vue hormonal. L'amélioration des méthodes de détection des cancers pourrait expliquer certaines de ces augmentations apparentes, sans toutes les expliquer. On a ainsi suggéré qu'une exposition généralisée de la population aux substances à action endocrine (SAE) pourrait nuire à la santé. En effet, un argument est que ces augmentations ont un lien approximatif dans le temps avec l'utilisation accrue de substances industrielles et leur émission dans l'environnement. Plus en anglais…

4.3.2 Cancer du sein: De nombreuses études ont examiné si les SAE présentes dans l'environnement, en particulier les contaminants organochlorés comme le DDT et les BPC, peuvent augmenter le risque de cancer du sein chez les femmes, mais les observations scientifiques actuelles ne confirment pas une telle conclusion. Toutes les études présentent la même faiblesse : elles ont mesuré les concentrations actuelles de SAE chez les femmes atteintes ou non du cancer du sein sans disposer de données sur l'exposition au cours d'autres périodes éventuellement importantes de leur vie, comme dans l'utérus, pendant l'enfance ou à l'adolescence. Les contaminants organochlorinés étant plus répandus au milieu du 20ème siècle, l'absence de données sur cette exposition au cours des stades précoces du développement est un problème essentiel. Plus en anglais…

4.3.3 Cancer de l'endomètre: Il existe peu d'études sur le cancer de l'endomètre, c-à-d de la paroi utérine, et l'exposition aux SAE. Bien qu'on sache que l'exposition aux oestrogènes augmente le risque de ce cancer, le nombre de femmes atteintes du cancer de l'endomètre n'augmente pas. Le nombre limité d'études à ce sujet sur les humains et en laboratoire ne permet pas d'établir un lien entre les SAE et le cancer de l'endomètre. Plus en anglais…

4.3.4 Cancer des testicules: Le cancer des testicules est le plus répandu chez les hommes jeunes. Un certain nombre de pays ont constaté des augmentations de cette forme de cancer, mais à des rythmes très variables. Leur rythme a commencé à s'accélérer dans les pays nordiques vers 1910 – et même plus tôt en Angleterre et au Pays de Galles. Ces augmentations ne peuvent donc être uniquement imputables aux substances introduites au milieu ou à la fin du vingtième siècle. Certaines observations suggèrent que les anomalies de l'appareil génital masculin (voir 4.1.) pourraient être liées au cancer des testicules, à la fois en raison d'une répartition géographique similaire, et d'une possible origine commune si les niveaux d'hormones sexuelles sont perturbés au cours des stades précoces du développement. Cependant, aucune étude n'a examiné le lien entre le cancer des testicules et l'exposition aux SAE durant les périodes critiques du développement. Plus en anglais…

4.3.5 Cancer de la prostate: Le cancer de la prostate est le plus répandu chez les hommes et touche principalement les hommes âgés. La fréquence accrue des cancers de la prostate est essentiellement due à l'amélioration des méthodes de diagnostic. On sait que les hormones sexuelles masculines entraînent la croissance des cancers de la prostate et que les oestrogènes réduisent leur taille. Un nombre limité d'études a établi un lien entre l'exposition à certains pesticides et composés organochlorinés et l'augmentation du cancer de la prostate, tandis que d'autres n'ont trouvé aucun lien entre l'exposition aux SAE et cette forme de cancer. Plus en anglais…

4.3.6 Cancer de la thyroïde: Des études sur des animaux de laboratoire ont montré que des substances, comme certains pesticides, peuvent perturber la partie du cerveau contrôlant la sécrétion d'hormones thyroïdiennes ou augmenter le taux d'élimination de ces hormones dans le foie, étant ainsi à l'origine de tumeurs de la thyroïde. Cependant, aucun lien n'a pour l'instant été établi entre l'exposition aux SAE et le cancer de la thyroïde chez les humains. Plus en anglais…

4.4 Quels autres facteurs doit-on envisager par rapport à la santé ?

Trois sortes d'observations doivent être prises en compte afin de tirer des conclusions provisoires sur les SAE et la santé à ce stade:

  • connaissances des hormones et du système endocrinien: dans l'ensemble, il semble fort plausible, d'un point de vue biologique, que les effets néfastes possibles sur certaines fonctions humaines soient dus à l'exposition aux SAE, surtout pour la reproduction et le développement;
  • observations sur d'autres espèces: les effets néfastes observés sur la faune et sur des animaux de laboratoire exposés à des SAE confirment les préoccupations par rapport à d'éventuels effets similaires chez les humains;
  • observations sur les humains: certaines tendances observées sur la santé ont également évolué de façon suffisamment préoccupante pour que les recherches dans ce domaine soient prioritaires.

Des recherches doivent être menées à la fois sur le rôle possible des mécanismes des SAE et sur celui d'autres substances. Il faut surtout étudier les liens entre l'exposition des humains à de faibles concentrations de SAE dans l'environnement et les effets sur la santé. Plus en anglais…


FacebookTwitterEmailTelecharger (11 pages, 0.2 MB)
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video