Langues:

Substances Psychoactives Tabac, alcool et substances illicites

4. Comment la dépendance à la drogue nait-elle?

  • 4.1 Comment les consommateurs de drogues deviennent-ils dépendants?
  • 4.2 Comment les facteurs génétiques influencent-ils la consommation de drogue et la dépendance?

4.1 Comment les consommateurs de drogues deviennent-ils dépendants?

Le développement de la dépendance peut être considéré comme un processus d’apprentissage
Le développement de la dépendance peut être considéré comme un processus d’apprentissage
Source: OMS

Le développement de la dépendance peut être considéré comme un processus d’apprentissage. Une personne prend une drogue et fait l’expérience de son effet psychoactif, lequel est extrêmement gratifiant ou renforçateur et active des circuits dans le cerveau qui augmenteront la probabilité que la personne répète ce comportement.

Cependant, les effets gratifiants des drogues ne peuvent à eux seuls expliquer pourquoi certaines substances psychoactives peuvent entraîner tous les comportements associés à la dépendance.

De même, comme le montrent les symptômes de sevrage lorsque la consommation de drogue est interrompue, la dépendance physique aux drogues peut favoriser la prise de drogue et la dépendance mais ne peut à elle seule expliquer pourquoi la dépendance apparaît et se maintient, notamment après de longues périodes d’abstinence.

Il semble qu’une interaction complexe entre des facteurs psychologiques, neurologiques et sociaux soit à l’origine de la dépendance. L’apparition de la dépendance à la drogue peut s’expliquer par les effets que la drogue a sur certaines zones spécifiques du cerveau et qui augmentent la motivation de l’individu à consommer la drogue.

Le cerveau a évolué de façon à guider et à orienter les comportements vers des stimuli fondamentaux pour la survie, comme ceux associés à la nourriture, à l’eau, à la reproduction et à à la protection contre les dangers. Ces stimuli sont considérés comme importants par le cerveau car ils activent des « circuits » spécifiques dans le cerveau moyen.

Les substances psychoactives activent artificiellement ces mêmes voies de manière extrêmement forte et trompent le cerveau, qui est amené à réagir comme si les drogues et les stimuli qui leur sont associées (lieux, personnes, objets) étaient biologiquement nécessaires.

Suite à des expositions répétées, le cerveau “apprend” la relation qui existe entre la drogue et les stimuli qui lui sont apparentés, provoquant un désir de plus en plus fort, ou un besoin compulsif de consommer la drogue. Par exemple, la simple vue d’une cigarette ou de l’odeur de tabac peut provoquer un tel désir de fumer chez les personnes dépendantes au tabac qu’ils en sont subjugués, ce qui entraîne une rechute de la consommation, et ce même après de longues périodes d’abstinence. Plus en anglais…

4.2 Comment les facteurs génétiques influencent-ils la consommation de drogue et la dépendance?

De nombreux facteurs individuels ou environnementaux (y compris une prédisposition génétique) convergent pour augmenter ou diminuer la probabilité qu’un individu particulier consomme ou non de la drogue et dans quelles proportions.

Consommation de drogue : Facteurs de risque et de protection

  Facteurs de risque Facteurs de protection
Facteurs environnementaux
  • disponibilité des drogues
  • pauvreté
  • changements sociaux
  • influence des pairs
  • profession
  • normes et attitudes culturelles
  • politiques concernant les drogues, le tabac et l’alcool
  • situation économique
  • maîtrise des situations
  • soutien social
  • intégration sociale
  • événements positifs de la vie
Facteurs individuels
  • prédisposition génétique
  • maltraitance pendant l’enfance
  • troubles de la personnalité
  • structure familiale perturbée et problèmes de dépendance
  • mauvais résultats scolaires
  • exclusion sociale
  • dépression et comportement suicidaire
  • capacité à surmonter les difficultés
  • efficacité personnelle
  • perception des risques
  • optimisme
  • comportements favorables à la santé
  • capacité à résister à la pression sociale
  • comportements bons pour la santé en général

En plus des facteurs sociaux et culturels, les différences génétiques expliquent en grande partie les différences entre individus en matière de consommation de substances psychoactives et de dépendance. Des études sur la fréquence de la transmission génétique au sein de familles, chez des vrais ou des faux jumeaux et chez des personnes adoptées fournissent des renseignements quant à l’importance du rôle des facteurs d’hérédité au niveau de la dépendance. Il a été observé que la consommation de tabac, la dépendance aux opioïdes, ainsi que la consommation et la dépendance à l’alcool sont fortement héréditaires. Les chercheurs en génétique tentent d’identifier les gènes impliqués.

La dépendance à ces substances peut être provoquée par l’interaction de plusieurs gènes avec des facteurs environnementaux. Par conséquent, une exposition à des drogues pourrait avoir un effet plus important sur une personne génétiquement prédisposée à devenir dépendante à la drogue que sur une autre qui ne l’est pas. Ceci explique en partie pourquoi beaucoup de ceux qui expérimentent des drogues à un moment donné de leur vie ne deviennent pas dépendants.

Les différences héréditaires impliquées dans la consommation de drogue et la dépendance varient pour chaque substance:

  • Pour le tabac, des différences héréditaires au niveau des gènes intervenant dans le métabolisme de la nicotine.
  • Pour l’alcool, des différences héréditaires au niveau des gènes intervenant dans le métabolisme de l’alcool et des différences héréditaires au niveau de certains récepteurs cellulaires cérébraux (pour la sérotonine, la dopamine, et GABA).
  • Pour les opioïdes, des différences héréditaires au niveau des récepteurs cellulaires cérébraux et aux enzymes qui métabolisent les opioïdes.

Les différences génétiques peuvent influencer de nombreux aspects de la consommation de drogue d’une personne. Par exemple, elles peuvent influencer le plaisir procuré par une drogue, la mesure dans laquelle elle est nuisible à la santé/toxique (overdose ou effets sur le long terme), l’intensité des symptômes de sevrage et des désir compulsifs et la manière dont apparaît la tolérance chez une personne. Plus en anglais…


FacebookTwitterEmailTelecharger (18 pages, 0.4 MB)
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video