Langues:
Lire aussi la version actualisée du
Rapport d’évaluation du GIEC sur le changement climatique (2013)

Changement Climatique Mise à jour 2007

5. A quels impacts faut-il s’attendre dans le futur?

  • 5.1 Quels devraient être les impacts sur les systèmes naturels ?
  • 5.2 Quels sont les effets attendus sur les populations humaines ?
  • 5.3 Comment certaines régions données seront-elles affectées ?
  • 5.4 Quelle est l’ampleur des impacts prévus ?
  • 5.5 Quels sont les impacts attendus des événements climatiques extrêmes ?

5.1 Quels devraient être les impacts sur les systèmes naturels ?

Au cours du XXIe siècle, si aucune mesure n’est prise pour atténuer le changement climatique, celui-ci devrait avoir de nombreux impacts sur une grande variété de systèmes naturels.

5.1.1 La disponibilité en eau et le débit fluvial moyen devraient augmenter aux hautes latitudes et dans certaines régions tropicales humides, et diminuer dans certaines régions sèches aux latitudes moyennes et dans les régions tropicales sèches. Il est probable que la sécheresse touchera des zones plus vastes et nombreuses, tandis que les fortes précipitations se feront plus fréquentes, augmentant les risques d'inondation. La quantité d'eau stockée dans les glaciers et la couverture neigeuse devraient diminuer, réduisant ainsi la disponibilité en eau dans des régions où vit actuellement un sixième de la population mondiale. Plus en anglais…

5.1.2 La capacité d’adaptation de nombreux écosystèmes atteindra probablement sa limite au cours de ce siècle si rien n’est fait pour atténuer les changements climatiques en cours et les changements d'affectation des terres. En cas de réchauffement important de la planète (supérieur à 1.5 - 2.5°C), il est probable que le risque d’extinction augmente pour 20 à 30% des espèces végétales et animales évaluées à ce jour. En outre, de grands changements sont attendus au niveau des écosystèmes, ce qui affecterait non seulement la biodiversité, mais également les ressources en eau et en nourriture. Plus en anglais…

5.2 Quels sont les effets attendus sur les populations humaines ?

5.2.1 Au niveau mondial, le potentiel de production alimentaire pourrait s’accroître si les températures locales moyennes augmentent de 1 à 3°C, mais diminuerait si les températures devaient augmenter davantage. En cas de réchauffement modeste, les méthodes agricoles à faible, moyenne et haute latitude pourraient être adaptées de façon à maintenir les rendements céréaliers. Sans adaptation aucune, la productivité des cultures devrait diminuer aux latitudes plus basses, même en cas de faible réchauffement local, ce qui augmenterait le risque de famine. En ce qui concerne les pêches et l'aquaculture, un réchauffement soutenu devrait avoir des effets défavorables. Au niveau mondial, on s’attend à ce que la productivité en bois commercial augmente modérément à court et à moyen terme, avec de grandes variations entre les régions. Plus en anglais…

5.2.2 Les côtes seront de plus en plus exposées à certains risques, comme l'érosion, suite au changement climatique et à l’élévation du niveau des mers. Les écosystèmes côtiers tels que les récifs coralliens, les zones humides et les mangroves, seront touchés. Selon les prévisions, les inondations devraient frapper chaque année des millions de personnes supplémentaires, surtout dans les régions de basse altitude, densément peuplées. L'adaptation dans les régions côtières sera plus difficile pour les pays en voie de développement. Plus en anglais…

5.2.3 Pour les industries, les habitations et les sociétés, les effets nets du changement climatique devraient être d’autant plus négatifs que le changement de climat est important. Les communautés pauvres sont particulièrement vulnérables, surtout celles concentrées dans les zones à haut risque telles que les zones côtières de basse altitude. Les coûts économiques et sociaux liés aux phénomènes climatiques extrêmes vont augmenter de façon considérable dans les zones où ils sont de plus en plus intenses et fréquents. Plus en anglais…

5.2.4 Les conséquences du changement climatique sont susceptibles d'affecter la santé de millions de personnes, en particulier ceux qui ont une plus faible capacité d'adaptation. Parmi ces conséquences, on peut citer les suivantes :

  • davantage de malnutrition ;
  • augmentation des maladies, blessures et décès lies aux vagues de chaleur, aux inondations, aux tempêtes, aux incendies et aux sécheresses ;
  • augmentation de la charge sanitaire des maladies diarrhéiques ;
  • augmentation de la fréquence des problèmes liés à de plus fortes concentrations de l’ozone à la surface de la Terre (ozone troposphérique) en raison du changement climatique ; et,
  • modification de la distribution spatiale de certains vecteurs de maladies infectieuses.

Le changement climatique risque d'avoir des effets mitigés, comme la diminution ou l’augmentation de l'étendue et du potentiel de transmission du paludisme en Afrique. Dans certaines régions, des effets positifs peuvent apparaître, comme un réduction des décès liés à une exposition au froid dans les zones tempérées, mais dans l'ensemble, les effets négatifs prédomineront. Plus en anglais…

5.3 Comment certaines régions données seront-elles affectées ?

Des informations plus précises sont maintenant disponibles pour toutes les régions du monde. Elles concernent la nature des effets qui surviendront dans les décennies à venir si l’on ne parvient pas à atténuer le changement climatique. Plus en anglais…

5.3.1 L’Afrique est particulièrement vulnérable au changement climatique, à cause des pressions existantes sur ses écosystèmes et de sa faible capacité d’adaptation. D’ici 2020, entre 75 et 250 millions de personnes devraient souffrir de pénuries en eau de plus en plus fréquentes. La production agricole et les ressources en poissons devraient diminuer, entraînant une réduction des ressources alimentaires et une expansion de la malnutrition. Plus en anglais…

5.3.2 En Asie, le changement climatique devrait augmenter les pressions existantes sur les ressources naturelles et l'environnement et donc constituer un obstacle au développement durable. Dans l'Himalaya, la fonte des glaciers devrait provoquer davantage d’inondations et d’avalanches rocheuses, et affecter les ressources en eau au cours des deux à trois prochaines décennies. Les quantités d'eau douce disponible seront de plus en plus faibles, à la fois en raison du changement climatique et de la croissance démographique. Les zones côtières très peuplées seront les plus menacées en raison de l'augmentation des inondations. D’ici 2050, le rendement des cultures pourrait s’améliorer en Asie de l’Est et du Sud-Est alors qu'il pourrait diminuer en Asie centrale et du Sud. Suite à l'augmentation des inondations et des sécheresses, les problèmes sanitaires et les décès dus à la diarrhée devraient augmenter. Plus en anglais…

5.3.3 En Australie et en Nouvelle-Zélande, une importante perte de biodiversité devrait se produire dans certains sites écologiquement riches, tels que la grande barrière de corail. Les problèmes liés à la disponibilité en eau douce devraient s’intensifier et la production agricole et forestière devrait diminuer en raison de l'augmentation des sécheresses et des incendies. D’ici 2050, les risques liés à l'élévation du niveau des mers ainsi qu’aux tempêtes et inondations côtières – qui se feront de plus en plus graves et de plus en plus fréquentes – devraient être exacerbés par le développement en cours des côtes et la croissance démographique. La région possède une grande capacité d'adaptation en raison de sa solide économie et de ses ressources scientifiques et techniques avancées, mais les systèmes naturels ne peuvent s'adapter que jusqu’à un certain point. Plus en anglais…

5.3.4 En Europe, on a pu observer et étudier tout un éventail d’impacts des changements dans le climat actuel : recul des glaciers, saisons de croissance des cultures plus longues, changements dans la répartition géographique des espèces ou encore problèmes de santé en raison d'une vague de chaleur sans précédent. D’après les prévisions, la quasi-totalité des régions européennes pâtiront du changement climatique, ce qui aura comme résultat d’accroître les différences régionales en termes de ressources naturelles et de biens. Cela aura des conséquences pour de nombreux secteurs économiques. Les risques sanitaires liés aux canicules devraient augmenter en Europe du Sud, en Europe centrale et en Europe de l’Est. Parmi les autres impacts négatifs attendus, on peut également citer les risques accrus d'inondations côtières et des terres intérieures et des extinctions importantes d'espèces dans les zones montagneuses. En Europe du Nord, le changement climatique devrait être bénéfique dans un premier temps, par exemple à travers une baisse de la demande en chauffage. Mais il est probable que les effets négatifs finissent par l’emporter à mesure que le changement climatique se poursuit. Plus en anglais…

5.3.5 En Amérique latine, l’aridité accrue des sols en raison du réchauffement climatique devrait entraîner une disparition progressive des forêts tropicales au profit de la savane ainsi qu’une salinisation et une désertification des terres agricoles. Il existe un risque important d'extinction d’espèces dans de nombreuses régions tropicales. La disparition des glaciers et les modifications au niveau des régimes de précipitation devraient considérablement affecter la disponibilité en eau pour la consommation humaine, l'agriculture et la production d'énergie. Certains pays ont fait des efforts d'adaptation, par le biais de la conservation des écosystèmes, l'utilisation des systèmes d'alerte précoce, etc. Cependant, l'efficacité de ces efforts ne fait pas le poids face aux contraintes technologiques, financières, politiques et sociales. Plus en anglais…

5.3.6 En Amérique du Nord, le réchauffement climatique dans les montagnes de l'ouest devrait provoquer davantage d'inondations en hiver et diminuer le débit des cours d’eau en été. Un changement climatique modéré dans les décennies à venir devrait accroître de 5 à 20% le rendement global des terres agricoles dépendant des pluies, mais les défis majeurs concernent avant tout les cultures pour lesquelles la limite de chaleur supportable est sur le point d’être dépassée. Les organismes nuisibles, les maladies et les incendies devraient avoir des répercussions de plus en plus fortes sur les forêts. Les villes qui souffrent actuellement de vagues de chaleur devraient voir celles-ci augmenter en nombre, en intensité et en durée. Dans les zones côtières, la croissance des populations rend ces populations plus vulnérables aux tempêtes tropicales, qui pourraient quant à elles gagner en intensité. Plus en anglais…

5.3.7 Dans les régions polaires, le principal impact prévu est une réduction de l'épaisseur et de l'étendue des glaciers, des calottes glaciaires, de la banquise et du permafrost, ce qui a des conséquences sur les infrastructures, les écosystèmes et les modes de vie traditionnels. Parmi les effets bénéfiques prévus, on citera la réduction des coûts de chauffage et l’amélioration de la navigation sur la route maritime du nord. Les communautés humaines de l’Arctique sont déjà en train de s'adapter au changement climatique, mais leur capacité d'adaptation est limitée. Plus en anglais…

5.3.8 Les petites îles sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique, à l’élévation du niveau des mers et aux phénomènes météorologiques extrêmes. Il existe pour ces îles des risques d'érosion côtière, d’inondations, de marées de tempête, qui pourraient nuire au tourisme et affecter les moyens de subsistance des communautés locales. Le changement climatique pourrait également provoquer une réduction des ressources en eau et accroître le risque d'invasion d’espèces non indigènes. Plus en anglais…

5.4 Quelle est l’ampleur des impacts prévus ?

Grâce à des données récentes, il est désormais possible de mieux évaluer l'ampleur des impacts de possibles augmentations de température moyenne mondiale. Les impacts devraient être plus importants à mesure que la température augmente, comme indiqué dans la figure SPM - 2 [en]. Par exemple:

  • Certaines cultures verront leur productivité s’accroître si la température augmente de 1 à 2°C, mais souffriront d’une augmentation de température de 3 à 4°C.
  • Les récifs coralliens pâtissent déjà d’une légère augmentation de la température mondiale. Ils seraient encore davantage touchés si la température augmentait de 1 à 2°C, et beaucoup mourraient si elle augmentait de 2,5°C.

Si des températures élevées devaient persister au-delà du XXIe siècle, les répercussions pourraient être désastreuses. Par exemple, la forte montée du niveau des mers (jusqu'à 12 mètres) qui résulterait de la fonte des calottes glaciaires de l'Antarctique et du Groenland aurait des répercussions majeures sur les zones côtières, avec des effets tant sur les systèmes biologiques que sur les populations humaines.

Il est très peu probable que la circulation de l'océan Atlantique Nord, qui donne naissance au Gulf Stream, subira de brusques et importants changements au cours du XXIe siècle. Il est très probable que la circulation de ce Gulf Stream ralentisse au cours de ce siècle, mais les températures au-dessus de l'Atlantique et de l'Europe devraient néanmoins augmenter, en raison du réchauffement de la planète.

Pour un réchauffement de 4°C, les pertes moyennes au niveau mondial pourraient représenter de 1 à 5 % du produit intérieur brut mondial (PIB), avec des pourcentages de pertes plus élevés dans les pays en voie de développement (Note : 1% équivalait à 650 milliards de dollars américains en 2006).

De nombreuses estimations des coûts nets des dommages causés par le changement climatique dans le monde entier sont désormais disponibles. L'estimation moyenne pour 2005 était de 12 dollars américains par tonne de dioxyde de carbone, avec une forte variabilité entre les différentes estimations. Ces évaluations des coûts au niveau mondial ont tendance à occulter les profondes différences existant entre secteurs, régions, pays et populations. Dans certaines zones et parmi certains groupes, les coûts nets seront considérablement plus importants.

Globalement, les données publiées indiquent que les coûts nets liés au changement risquent d'être conséquents, et qu’ils augmenteront à mesure que la température mondiale augmente. Plus en anglais…

5.5 Quels sont les impacts attendus des événements climatiques extrêmes ?

Une augmentation de la gravité et de la fréquence des événements météorologiques extrêmes devrait causer des impacts majeurs au cours du XXIe siècle (voir tableau SPM-2 [en]). Par exemple :

  • Une augmentation de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur devrait entraîner une diminution de la production agricole dans les zones touchées, des pénuries d’eau et une augmentation du nombre de décès liés à la chaleur.
  • Dans les régions plus froides, une augmentation de la température entraînerait moins de nuits froides et davantage de journées chaudes, ce qui à son tour conduirait à un accroissement de la productivité agricole, une réduction des décès dus à l'exposition au froid et un amoindrissement de la demande d'énergie pour le chauffage.
  • Des fortes précipitations plus fréquentes entraîneraient davantage d’inondations, une érosion des sols et une détérioration de la qualité des eaux souterraines et de surface.

Plus en anglais…


FacebookTwitterEmailTelecharger (41 pages, 1.1 MB)
Changement Climatique (2007) foldout
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video