Langues:
Accueil » Plantes OGM » Niveau 2 » Question 8

Plantes Génétiquement Modifiées

8. Conclusions

  • 8.1 Conclusions sur les biotechnologies agricoles
  • 8.2 Conclusions sur les effets environnementaux et sanitaires

8.1 Conclusions sur les biotechnologies agricoles

D’une part, les biotechnologies agricoles peuvent être perçues comme un complément à l’agriculture conventionnelle ; elles constituent un instrument scientifique pouvant assister les programmes d’amélioration des plantes ainsi que la conservation des ressources génétiques, et pouvant améliorer le diagnostic et le traitement de maladies animales et végétales. D’autre part, elles peuvent être vues comme une rupture considérable par rapport à l’agriculture conventionnelle dès lors qu’elles permettent le transfert de matériel génétique entre des organismes qui, normalement, ne se mélangeraient pas.

En fait, les biotechnologies agricoles sont ces deux choses à la fois, puisqu’elles ne peuvent exister sans les techniques de l’agriculture conventionnelle. Pour obtenir des résultats intéressants, elles ont besoin à la fois des méthodes d’amélioration classique des plantes ainsi que de l’information issue de la génomique. Les biotechnologies agricoles ont des répercussions internationales et pourraient revêtir une importance croissante pour les pays en voie de développement1. Cependant, elles ont vu le jour dans les pays développés et ceux-ci continuent à dominer cette technologie. Dès lors, la recherche a tendance à se focaliser sur les cultures d’intérêt pour les pays développés plutôt que pour les pays en voie de développement, ces derniers ne disposant généralement pas des fonds et des programmes de sélection nécessaires aux technologies de modification génétique. Plus…

1 L’Inde, la Chine, l’Argentine et le Brésil sont quelques exemples de pays qui poursuivent des programmes de développement biotechnologiques.

8.2 Conclusions sur les effets environnementaux et sanitaires

A ce jour, les pays ayant introduit des cultures génétiquement modifiées dans leurs champs n’ont signalé aucun impact négatif notable sur la santé ou l’environnement. Les papillons monarques n’ont pas subi de dommages notables. Les insectes nuisibles n’ont pas développé de résistance au Bt. Certaines mauvaises herbes résistantes aux herbicides ont été observés, mais il n'y a pas eu invasion des terres agricoles ni des écosystèmes naturels par des « super mauvaises herbes ». Au contraire, on voit apparaître certains avantages importants sur les plans environnemental et social. Ainsi, les agriculteurs utilisent moins de pesticides ou utilisent des produits moins nocifs, réduisant par là même les dommages causés aux réserves d’eau ainsi qu’à la santé des travailleurs et permettant le retour dans les champs d’insectes utiles.

Entretemps, des solutions d’ordre technique et de gestion ont été trouvées pour répondre à certaines des préoccupations liées à la première génération de cultures génétiquement modifiées, comme la résistance aux antibiotiques.

Cependant, le fait qu’aucun effet négatif n’ait été observé jusqu’à présent ne veut pas dire que de tels effets ne peuvent pas se produire. C’est pourquoi les scientifiques recommandent de poursuivre la recherche.

La FAO soutient un système d'évaluation à base scientifique qui déterminerait de manière objective les avantages et les risques de chaque OGM considéré individuellement. Il faut, pour cela, une approche prudente et au cas par cas afin de prendre en compte les préoccupations légitimes en matière de biosécurité avant la diffusion d’un produit ou processus. Il convient d'évaluer les effets possibles sur la diversité biologique, l'environnement et la sécurité sanitaire des aliments, et dans quelle mesure les avantages du produit ou du processus l'emportent sur les risques estimés. Le processus d'évaluation doit également prendre en considération l'expérience acquise par les autorités réglementaires nationales dans l'agrément de tels produits. Il est en outre essentiel de surveiller avec attention les effets de ces produits et processus après leur diffusion, afin de garantir qu'ils restent sans danger pour les êtres humains, les animaux et l'environnement.

“La science ne peut pas déclarer une technologie, quelle qu'elle soit, totalement exempte de risques. Les cultures issues du génie génétique peuvent réduire certains risques pour l'environnement liés à l'agriculture conventionnelle; toutefois, elles introduiront aussi de nouveaux défis, qu'il faudra affronter. C'est à la société qu'il appartiendra de déterminer dans quelles circonstances le génie génétique présente la sécurité voulue” (FAO 2004). Plus…


FacebookTwitterEmailTelecharger (19 pages, 0.3 MB)
ThèmesDépliants